• Michel Serres 

     

     

     

     

     

    Contre les Grands-Papas Ronchons

     

    c’était mieux avant ! aux Éditions Le Pommier

     

     

    Magnifique plaidoyer pour l’avenir, contre le défaitisme, le déclinisme et autre pessimisme des vieillards bavards… À lire avec délectation. Extrait.

     

    Envoi

    Chères Petites Poucettes, chers Petits Poucets, ne le dites pas à vos vieux dont je suis, c’est tellement mieux aujourd’hui : la paix, la longévité, la paix, les antalgiques, la paix, la Sécu, la paix, l’alimentation surveillée, la paix, l’hygiène et les soins palliatifs, la paix, ni service militaire ni peine de mort, la paix, le contrat naturel, la paix, les voyages, la paix, le travail allégé, la paix, les communications partagées, la paix, le gonflement vieilli bouffi des institutions dinosaures…

     

       … face à toi, ma Poucette si petite, si légère, si douce que je te vois parfois, comme un oiseau, un souffle spirituel. Ah ! si Grand-Papa Ronchon pouvait te foutre la paix…

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • La personne entière 

     

     

     

     

     

    L’âme et le corps

     

     

    L’esprit commence dans le corps, il n’est pas détaché du corps. L’intelligence est dans la main autant que dans la tête. L’âme est dans le corps autant que dans l’esprit. Que se passe-t-il à notre mort si l’âme se sépare du corps ? Il n’est pas sûr qu’elle s’en sépare. Peut-être reste-t-elle dans le corps et l’âme qui s’en va est celle de l’esprit. Ainsi l’âme des morts n’est-elle que la moitié de leur âme. Mais probablement que cette demi-âme vaut pour le tout. Et quand nous ressuscitons, l’âme du corps rejoint l’âme de l’esprit qui a erré en attendant sa moitié perdue. Que cela doit être beau, à ce moment-là !

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Shakespeare 

     

     

     

     

     

     

    Nos doutes nous trahissent

     

    ‘Our doubts are traitors,

    And make us lose the good we oft might win,

    By fearing to attempt.’

     

    « Nos doutes nous trahissent,

    Et nous font perdre le bénéfice que nous pourrions gagner

    Par la seule crainte d’entreprendre. »

     

    Measure for Measure, Mesure pour mesure,

    Acte I, Scène 4 (scène 5 selon les éditions).

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Citation

     

     

     

     arbre à palabres

     

    La parole

     

    « La parole est comme l’écorce de l’arbre, une fois détachée, elle ne se recolle plus. »

     

    Proverbe africain

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Critique 

     

     

     

     

    par Jean-Marie Machet

     

    Une île au milieu du fleuve.  Le sujet essentiel du roman semble bien celui-ci : l’autre est-il accessible dans la fusion ? Le thème répétitif du multiple, de la division et de l’unité permet de comprendre que l’histoire du héros du roman est celui de la solitude de chaque individu. Dans son livre Nul n’est une île, Thomas Merton traitait de la vision chrétienne de la relation à l’autre. Dans le rapport à l’altérité, Joël Hillion prend ici le contre-pied. Saint-Louis est une métaphore : chacun est Une île au milieu du fleuve, même si des ponts comme le célèbre pont Faidherbe avec sa structure en bow-string peuvent donner à penser le lien avec l’autre, avec le continent de l’altérité. L’île vogue vers la haute mer, nous dit l’épilogue, mais c’est un rêve ; on peut douter que l’île La Mark, avec ses doutes et ses fragilités, son besoin de douceur et d’amour, soit en mesure d’affronter le grand large ; François reste un enfant qui veut être bercé. L’île se porte beaucoup mieux « bercée par un fleuve sage et régulier », en restant reliée par un pont au continent de l’autre. Le fleuve est celui du samsara des bouddhistes, celui de la quête indéfinie de l’objet de notre désir.

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire