• Sacrificiel

     

     Jacques-Louis David, Léonidas aux Thermopyles

     

    L’alibi culturel

     

    Hans Frank a été Reichsleiter du parti nazi et Gouverneur de la Pologne pendant la Seconde Guerre mondiale. Il fut surnommé le « bourreau de la Pologne », ou le « boucher de Varsovie », pour ses méthodes sanglantes. C’était un grand pianiste, spécialiste de Chopin, il se produisait dans des concerts publics. Collectionneur d’art, il a possédé un temps La Dame à l’hermine de Léonard de Vinci… Homme de culture et en même temps tortionnaire ? Oui, il pouvait jouer du Chopin avec talent le samedi soir en concert et se distraire le dimanche en « faisant un carton » sur les enfants du Ghetto de Varsovie.

       La culture ne nous protège de rien. Bien souvent, elle est le relai du sacrifice, dans les opéras, les tragédies, les scènes de massacres complaisamment reproduites en peinture. La culture a partie liée avec la violence, elle en est le masque, le reflet, ou l’expression même, comme dans le théâtre contemporain.

       Tant qu’on en reste aux représentations…

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Shakespeare

     

     

     

     

     

    Autosacrifice

     

    Arthur, l’enfant héritier, dont tout le monde se dispute le trône, sait qu’il va mourir. Il ne songe qu’à sa mort. Au lieu de lui préparer un avenir, une vie, tous se disputent ses titres légitimes… y compris sa mère et sa grand-mère. Le bourreau qui doit l’exécuter sera finalement pris de remords et l’épargnera. Arthur s’éliminera de lui-même en se jetant du haut des murs du château où il est prisonnier.

     

    Arth. I would I I were low laid in my grave :

    I am not worth this coil that’s made for me.

     

    ARTHUR. – Je voudrais être couché au fond de ma tombe :

    Je ne mérite pas ces turbulences qu’on fait à cause de moi.

     

                                     King John, Le roi Jean, acte II, scène 1, vers 164-165.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Autonomie

     

     

    Triomphe du Moi

     

    « Non seulement la démocratie fait oublier à chaque homme ses aïeux, mais elle lui cache ses descendants et le sépare de ses contemporains ; elle le ramène sans cesse vers lui seul et menace de le renfermer enfin tout entier dans la solitude de son propre cœur. »

     

                                            Tocqueville, De la démocratie en Amérique.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Mimétisme 

     

     

     

    Numérisation

     

    « À chaque fois qu’un pouvoir ne comprend pas une situation, il la mesure. »        

                                                                              Jacques Attali

     

    Vous ne savez rien sur une question, vous n’avez pas d’opinion et ne parvenez pas à évaluer une situation, faites un sondage ! Mieux encore, organisez un concours, faites un classement, un palmarès. En comparant et en classant, vous aurez l’impression d’avoir mis de l’ordre dans ce que vous perceviez comme du chaos. Tout à coup, tout devient clair. Classement des auteurs, grâce aux prix littéraires (mais qui peut dire que Tolstoï est « meilleur » que Dostoïevski ?), classement des hôpitaux, classement des écoles (avec PISA), tout y passe. Au bout du classement, vous aurez le sentiment de maîtriser la chose, alors que vous n’aurez fait que compter des points. Vous avez semé des petits cailloux, comme le Petit Poucet. Et puis rien. Enfin, pas tout à fait. En faisant vos comptes comme un banquier , vous vous êtes persuadé que vous êtes TRÈS intelligent. En réalité, vous avez seulement eu recours à votre intelligence artificielle. Eh oui !  L’être humain aussi possède une intelligence artificielle. C’est même probablement celle qu’il utilise le plus souvent.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Shakespeare 

     

     

     

    Azincourt

     

    Quel salut pour le combattant ?

     

    Williams.  I am afeard there are few die well that die in a battle ; for how can they charitably dispose of anything, when blood is their argument?

     

    WILLIAMS. – J’ai bien peur qu’il y en ait peu qui meurent dans de bonnes dispositions quand ils meurent en pleine une bataille : quel salut espèrent-ils quand leur dessein est le massacre ?

     

                                                    Henry V, acte IV, scène 1.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire