• Relire Steinbeck 

     

     

     

     

      

    La production de masse

     

    ‘When our food and clothing and housing all are born in the complication of mass production, mass method is bound to get into our thinking and to eliminate all other thinking.’

     

    « Quand notre nourriture, nos vêtements et nos habitations ne seront plus que le résultat sophistiqué de la production de masse, la méthode entrera forcément dans nos têtes et elle éliminera toute autre forme de pensée. »

     

                À l’est d’Eden, Chapitre 23

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Shakespeare

     

     

     

     

     

     

    Comme deux frères

     

    Dromio of Ephesus. We came into the world like brother and brother ;

    And now let’s go hand in hand, not one before another.            

     

    DROMION D’ÉPHÈSE. – Nous sommes venus au monde comme frère et frère,

    Marchons donc main dans la main, qu’aucun ne précède l’autre.

     

     

    The Comedy of Errors, act V, sc. 1, l. 425-426.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Éducation

     

     

     

    De lien en lien

     

    Examinons les premières heures du dialogue humain. Entre le monde et moi, il y a d’abord ma mère. Dans toutes les langues du monde, le premier mot prononcé par l’enfant est « Maman ». Parler, c’est appeler, supplier, pour refaire le lien. L’apprentissage de la communication commence dans la souffrance de la séparation et dans le manque.

       En même temps qu’elle est la première destinataire de ma parole, ma mère est ma première porte sur le monde, la première « interface ». Immédiatement après, je découvre ma famille, et j’ai de la chance si elle est nombreuse. Un peu plus tard, l’interface est représentée par l’école, qui prolonge la famille et la mère, sans les remplacer complètement.

       Mais l’école est transitoire, elle a pour tâche de mettre l’enfant en relation avec ses origines, sa culture, son environnement et plus encore, avec ses pairs, le monde invisible, les hommes de toute l’espèce, tout ce qui le transcende. L’école laïque arrête son enseignement au moment où l’enjeu devient trop grand pour elle : devant Dieu. Elle laisse à l’homme que l’enfant promet de devenir le soin d’ouvrir tout seul cette dernière porte.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Crise mimétique 

     

     

     

     

    Dérision

     

    « Attirer l’attention des autres sur le fait qu’on se fiche de tout est un problème auquel il est de plus en plus difficile d’apporter des solutions nouvelles. »

     

    René Girard, Géométries du désir.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Shakespeare 

     

     

     

    Oxymores

     

    Juliette vient d’apprendre que Roméo a tué son cousin. Elle le déteste et l’aime plus que jamais :

     

    JULIET 

    O serpent heart, hid with a flowering face !

    Did ever dragon keep so fair a cave ?

    Beautiful tyrant ! Fiend angelical !

    Dove-feather’d raven, wolvish-ravening lamb !

    Despisèd substance of divinest show !

    Just opposite to what thou justly seem’st ;

    A damnèd saint, an honorable villain ! –

    O nature ! what hadst thou to do in hell

    When thou didst bower the spirit of a fiend

    In mortal paradise of such sweet flesh ? –

    Was ever book containing such vile matter

    So fairly bound ? Oh, that deceit should dwell

    In such a gorgeous palace !

     

    Ô cœur de serpent dissimulé sous un visage de fleur !

    Un dragon a-t-il jamais habité une si belle grotte ?

    Tyran magnifique !  Démon angélique !

    Corbeau aux plumes de colombe, agneau à l’appétit de loup !

    Substance méprisable au visage divin !

    Tu es juste l’opposé de ta juste apparence ;

    Saint damné, noble canaille !

    Ô nature ! qu’es-tu allé chercher en enfer

    Pour loger l’esprit d’un démon

    Dans le paradis mortel d’un corps si charmant ?

    A-t-on jamais vu un livre au contenu si vile

    Sous une si belle reliure ? Oh ! Que la tromperie

    Puisse habiter un palais aussi éblouissant !

     

     

    Romeo and Juliet, Act III, sc. 2, l. 73-85.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire