•  

     

    Bienvenue.

     

    Pourquoi ce blog ?

    Simplement pour se frotter aux meilleures intelligences :

    * celle de Shakespeare,

    * celle de René Girard et de ses héritiers,

    * celle des poètes et des enfants,

    * toutes celles venues d’ailleurs. 

     

    Voyez la table des matières.

     

    Retrouvez-moi aussi sur YouTube en copiant ce lien :

    https://www.youtube.com/watch?v=2VbAe16NilI 

     

    Je vous souhaite une bonne visite. 

     

    ¥ ¥ ¥ 

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Shakespeare 

     

     

     

    Équivoque

     

    Faiblesse coupable de César – dont les comploteurs ne sont pas dupes :

     

    Dec. When I tell him, he hates flatterers,

    He says, he does, being then most flattered.

     

    DECIUS. – Quand je dis [à César] qu’il déteste les flatteurs,

    Il répond que oui, et c’est ce qui le flatte le plus.

     

                                                          Jules César, II, 1, 207-208

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Harcèlement

     

     

     

     

    Joseph et la femme de Pharaon

     

     

       Joseph avait donc été emmené en Égypte. Potiphar, l’eunuque de Pharaon et commandant des gardes, l’acheta des Ismaélites qui l’avaient amené là-bas.

       Or Yahvé assista Joseph, à qui tout réussit, et il resta dans la maison de son maître, l’Égyptien.

       Comme son maître voyait que Yahvé l’assistait et faisait réussir entre ses mains tout ce qu’il entreprenait, Joseph trouva grâce à ses yeux : il fut attaché au service du maître, qui l’institua son majordome et lui confia tout ce qui lui appartenait.

       Et, à partir du moment où il l’eut mis en charge de sa maison et de tout ce qui lui appartenait, Yahvé bénit la maison de l’Égyptien, en considération de Joseph : la bénédiction de Yahvé atteignit tout ce qu’il possédait à la maison et aux champs.

       Alors, il abandonna entre les mains de Joseph tout ce qu’il avait et, avec lui, il ne se préoccupa plus de rien, sauf de la nourriture qu’il prenait. Joseph avait une belle prestance et un beau visage.

       Il arriva, après ces événements, que la femme de son maître jeta les yeux sur Joseph et dit : « Couche avec moi ! »

       Mais il refusa et dit à la femme de son maître : « Avec moi, mon maître ne se préoccupe pas de ce qui lui appartient.

       Lui-même n’est pas plus puissant que moi dans cette maison : il ne m’a rien interdit que toi, parce que tu es sa femme. Comment pourrais-je accomplir un aussi grand mal et pécher contre Dieu ? »

       Bien qu’elle parlât à Joseph chaque jour, il ne consentit pas à coucher à son côté, à se donner à elle.

       Or, vint le jour où Joseph entra dans la maison pour faire son travail, alors qu’aucun domestique n’était là.

       La femme le saisit par son vêtement, en disant : « Couche avec moi ! » Mais il abandonna le vêtement entre ses mains et s’enfuit au-dehors.

       Voyant que, dans sa fuite, il avait abandonné son vêtement entre ses mains,

       elle appela ses domestiques et leur dit : « Voyez cela ! On nous a amené un Hébreu pour badiner avec nous ! Il m’a approchée pour coucher avec moi, et j’ai poussé de grands cris.

       Quand il m’a entendu élever la voix pour appeler, il a abandonné son vêtement près de moi et s’est enfui au-dehors. »

       Elle garda près d’elle le vêtement de Joseph, jusqu’à ce que le maître rentrât chez lui.

       Elle lui tint alors les mêmes paroles : « L’esclave hébreu que tu nous as amené m’a approchée pour badiner avec moi.

       Mais j’ai appelé à grands cris, et il a abandonné son vêtement près de moi et il s’est enfui au-dehors. »

       Quand le maître entendit sa femme lui dire : « Voilà comment ton esclave a agi envers moi ! », il s’enflamma de colère.

       Le maître de Joseph le fit saisir et le jeta dans la prison, là où étaient enfermés les prisonniers du roi.

     

    La Genèse, chapitre 39, versets 1 à 20.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Poésie

     

     

    Un esprit d’or dans la nuit des temps

     

           Qu’importe les pages manquantes

           des livres d’Histoire,

           qu’importe l’aveugloir peu glorieux

           du regard des savants,

           à genoux devant la déesse Logique,

           dévisageant la lumière perdue des anciens ;

     

           Ils ont bel et bien existé

           ces bâtisseurs HARMONIEUX d’un autre temps.

     

                                                                 Nicolas Blanc, février 2018.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • L’Évolution

     

     

    Inachèvement

     

    L’homme s’est longtemps cru un être fini dans un univers infini : « Rappelle-toi que tu es mortel, blablabla. » Or, c’est l’inverse qui est vrai. Les hommes sont infinis dans un monde fini. Et c’est bien là le drame. Nos désirs toujours en expansion ne seront pas tous satisfaits. À moins qu’il s’agisse d’un besoin d’au-delà, d’un désir d’éternité, mais ceux-ci ne seront satisfaits qu’après notre mort. En attendant, quelle espérance ?

       Il reste à parfaire ce qui est inachevé. L’Évolution ne s’est pas arrêtée avec homo sapiens. Elle continue. La « parousie » de l’homme est en suspens. Nous commençons à peine à apercevoir la plénitude possible – sauf quelques mystiques, peut-être. Stan Rougier s’émerveille : « L’homme est une espèce en voit d’apparition. » Qui ne sent, en effet, que nos désirs sont tellement en-deçà de nos espérances ? Il n’est pas question de rêver d’un Surhomme nietzschéen – pauvre Superman franchement ridicule ! Il n’est pas raisonnable d’imaginer que le transhumanisme est l’avenir de l’homme : du bricolage à la Frankenstein.

       Que faut-il mettre à la place de tous nos manques ? J’ai ma petite idée. Toutes les propositions sont les bienvenues – pourvu qu’elles soient généreuses, constructives et belles, si possible.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires