•  

     

    Bienvenue.

     

    Vous trouverez, sur mon blog, le résultat de mes recherches sur

       *  William Shakespeare,

       *  René Girard et la théorie mimétique,

       *  l’éducation et le désir,

    et plus encore…

     

    Dans la table des matières, suivez la couleur : 

    Shakespeare en bleu,  

    René Girard et le Mimétisme en vert,  

    Éducation, Enfance en rouge,

    Hommages en violet, 

    Réflexions, Notes de lecture en noir,

    Poésie, Chroniques personnelles en marron.

     

    Je vous souhaite une bonne visite. 

     

    ¥ ¥ ¥ 

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • À l’origine

     

     

    « Il ne suffit pas d’être inutile, encore faut-il être Dieu. » 

    Francis Blanche 

    Anonymat

     

    Ayant créé le monde, Dieu a oublié de signer… Personne n’est trop sûr de qui a fait le coup. Dieu paraît si loin de Sa création. Où s’est-Il retiré ? Il est facile, après coup, de dire qu’Il n’existe pas. Et s’Il existe, pourquoi est-Il si silencieux ?

       Que penser de ceux qui prétendent interpréter « la parole de Dieu » ? Les prophètes de l’Ancien Testament n’ont fait que s’interroger, au cours des siècles, sur ce que Dieu voulait vraiment. Qu’attendait-Il des hommes ? Quand Jésus parle « au nom du Père », il n’est pas loin de parler à Sa place – puisqu’il est Dieu lui-même. Mais en réalité, il renvoie chaque homme à sa propre conscience, à sa responsabilité, et ne prescrit rien d’autre que d’aimer son prochain. Mahomet n’est lui aussi qu’un prophète, mais les musulmans sont persuadés que le Coran, c’est la parole même de Dieu, en direct. Hélas, rien n’est aussi simple et on se perd en conjectures pour comprendre ce que Dieu a bien voulu dire…

       Pourquoi ce retrait de Dieu ? Pourquoi cette modestie de Sa part et Son silence ? N’importe quel artiste qui sait ce qu’il vaut ne manque pas de se faire valoir. L’œuvre étant achevée, il signe. Il faut peut-être conclure que l’œuvre la Création n’est pas achevée justement. Qui l’achèvera ? Poser la question, c’est y répondre.

       Reconnaissons, en attendant, l’avantage que nous tirons de ne pas connaître notre créateur. Héritiers sans père, en quelque sorte, nous n’avons de merci à dire à personne. Nous pouvons nous permettre d’être égoïstes sans arrière-pensée. Mais comme le dit Shakespeare au sonnet 97, un « héritage sans père » n’est « qu’un espoir d’orphelin ». Parfois notre « héritage d’orphelin » est bien lourd à porter. Parce qu’il va bien falloir finir par achever le travail. Et, si possible, l’achever autrement qu’en détruisant la Création. Terrible angoisse.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Empathie

     

     

    Copier seulement ne suffit pas. 

     

    Les neurones miroirs copient l’intention. Mais l’imitation doit dépasser la copie, elle doit s’approprier le modèle, le faire sien, le « remodeler ». Sinon, on s’arrête à la répétition et l’on n’apprend rien.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Shakespeare

     

     

     

     

     

    Shakespeare empathique.

     

    En concevant tous ses personnages, Shakespeare manifeste une capacité d’empathie exceptionnelle. Il a quand même inventé près de 1600 rôles, si l’on compte l’ensemble de ses pièces ! Pourtant, il ne se confond pas à ses personnages, sa personnalité n’est pas la résultante de tous ses personnages, il existe indépendamment d’eux. Il a investi chacun de ses personnages d’une puissance d’existence incroyable même les « petits rôles », je dirai surtout les personnages secondaires. Comment fait-il ? Son aptitude à se mettre « à la place de », à parler à la première personne en étant dans la peau d’un autre (de 1600 autres), est proprement fantastique.

       Observateur de génie, il a donné à tous les « êtres » qu’il a enfantés une autonomie confondante. Il est un peintre fidèle, scrupuleux, comme il se décrit au sonnet 24 :

       

         For through the Painter must you see his skill,
         To find where your true Image pictur’d lies.
     

         Car à travers le peintre, on juge le talent

         Qui permet de saisir le modèle lui-même.

     

       Mais il ne suffit pas de plagier, de copier. L’imitation, entre les mains d’un artiste, devient une métamorphose. L’imitation est une création. C’est le propre de l’empathie. Le génie des grands artistes en est l’expression la plus spectaculaire.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Acédie

     

     

     

    Proxima b

     

    Envie de vous payer un petit voyage sur Proxima b ? Rien de plus facile. L’exoplanète n’est qu’à 4,2 années-lumière de la terre. Il faut compter quelques années de plus pour vous y rendre, en voyageant à une vitesse nécessairement inférieure à celle de la lumière. Si vous voulez faire plus vite, vous risquez tout simplement de vous désintégrer ! Pour autant, Stephen Hawking, avec quelques autres grands cerveaux, ‘all honorable men’, vous encourage vivement à préparer votre voyage. Il va bien falloir un jour quitter notre planète pourrie pour aller en pourrir d’autres ailleurs… Pensées de savants reconnus et de renommée mondiale, ‘all honorable men’ !

       Quand « le progrès » n’est plus qu’une fuite en avant, comme une panique, on peut douter de sa pertinence. Quand l’humanité est tellement dégoûtée d’elle-même qu’elle ne pense plus qu’à s’échapper, à ignorer les conséquences de ses actes, elle n’est sûrement pas loin de la « phase finale ». Au revoir.

       Il y a un siècle, déjà, Pierre Teilhard de Chardin avait prévenu : « La grande et sécrète préoccupation de l’Homme moderne est beaucoup moins de se disputer la possession du Monde que de trouver le moyen de s’en évader. »

       Avec le projet de « colonisation de l’espace », nous maquillons une lâcheté en une aventure héroïque. Qui peut se laisser prendre par une telle mystification ?

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires