• Accueil

     

    Accueil

    Pierre-Yves Trémois

     

    ‘Go to your bosom, knock there, and ask your heart what it doth know.’ 

    « Va dans ta poitrine, frappe, et demande à ton cœur ce qu’il sait. »

     

               William Shakespeare,

                                Measure for measure                                                

                                Mesure pour mesure

  •  

     

    Bienvenue.

     

    Vous trouverez, sur mon blog, le résultat de mes recherches sur

       *  William Shakespeare,

       *  René Girard et la théorie mimétique,

       *  l’éducation et le désir,

    et plus encore…

     

    Dans la table des matières, suivez la couleur : 

    Shakespeare en bleu,  

    René Girard et le Mimétisme en vert,  

    Éducation, Enfance en rouge,

    Hommages en violet, 

    Réflexions, Notes de lecture en noir,

    Poésie, Chroniques personnelles en marron.

     

    Je vous souhaite une bonne visite. 

     

    ¥ ¥ ¥ 

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Shakespeare

     

     

     

     

     

    La bonne mimésis

     

    Forbear to judge, for we are sinners all.

     

    « Abstenez-vous de juger, car nous sommes tous pécheurs. » 

     

                                              Henry VI, deuxième partie, Acte III, sc. 3, v. 31

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Événement

     

    Foire d’Arpajon le 16  septembre 

     à l’Espace Livres

     

    Public intéressé, bonnes ventes.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Universel

     

     

    Crystal Palace en 1851

     

     

    La première Exposition Universelle

     

    La première « Exposition Universelle » ainsi nommée s’est tenue à Londres en 1851… il y a bientôt 170 ans ! Au milieu du XIXe siècle, la conscience universelle était bien à l’œuvre, mais on ne parlait pas encore de mondialisation (le mot n’est apparu qu’au début du XXe). Dans l’enthousiasme naïf de la révolution industrielle, les Européens étaient persuadés que la paix définitive serait assurée par la croissance économique. Il n’y avait qu’à produire, toujours plus, pensait-on, et la redistribution se ferait toute seule. « Nous vivons une période de transition extraordinaire, qui nous mène à cette fin glorieuse vers laquelle tend toute l’histoire : l'achèvement de l'unité de l'humanité », avait déclaré le Prince Albert.

       En fait d’universelle, l’exposition était surtout à la gloire de l’empire britannique. Parmi les quelque 14 000 exposants, plus de 7000 étaient britanniques. L’orgueil de la fière Albion était sans limite. Mais déjà, l’idée d’une unité de la planète se faisait jour, et l’on voulait croire que le capital lié à l’industrie allait sauver les pauvres humains qui n’avaient cessé de se faire la guerre depuis « l’aube des temps ».

       Le projet n’a pas complètement échoué. Une partie du monde une partie seulement mais non négligeable a connu la prospérité. Les guerres ont diminué de façon si spectaculaire que Michel Serres s’enthousiasme de la longévité de la paix ce qui est vrai à mon échelle, je n’ai jamais connu la guerre ! Mes ancêtres, même les plus proches, n’ont pas pu en dire autant.

       Il est clair que la fin de l’histoire est encore loin. Comment allons-nous passer de la prospérité à la justice ? Dès que l’on parle de partager les richesses, toutes les « catégories socio-professionnelles » hurlent qu’on les égorge. Mais comment peut-on partager sans prendre… à quelques-uns ?

       L’espèce humaine est encore loin de son « achèvement ». 

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Poésie 

     

     

     

     

    je tiens encore debout 

     

         Par quel miracle je tiens encore debout

         sous le déluge de feu des galaxies ?

     

         Nicolas Blanc, Le calme dans la tempête.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique