• Accueil

     

    Accueil

    Pierre-Yves Trémois

     

    ‘Go to your bosom, knock there, and ask your heart what it doth know.’ 

    « Va dans ta poitrine, frappe, et demande à ton cœur ce qu’il sait. »

     

               William Shakespeare,

                                Measure for measure                                                

                                Mesure pour mesure

  •  

     

    Bienvenue.

    Vous trouverez, sur mon blog, le résultat de mes recherches sur

       *  William Shakespeare,

       *  René Girard et la théorie mimétique,

       *  l’éducation et le désir,

    et plus encore…

     

    Prochain événement :

     

    Je serai présent au prochain

    Salon du livre de Mennecy

    les samedi 2 et dimanche 3 février 2019

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    J’y présenterai mes dernières publications :

    Une île sur le fleuve, roman 

    L’alter de mon ego, Empathie, mimétisme et éducation

     

    ¥ ¥ ¥ 

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Citation 

     

    Résurrection

     

    « Postuler la victoire de la danse sur les chaînes, du chant sur les coups, de l’amour sur les viols perpétrés. Présenter la chair humaine intacte sous la peau déchirée. » 

                                          Daniel Maximin, Les fruits du cyclone.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Infox

     

     

    Décryptage

     

    Les journalistes se font fort de « décrypter » l’information pour nous le terme est à la mode. Les chaînes d’information continue en font leurs choux gras. En général, les journalistes ajoutent des commentaires aux commentaires et c’est à peu près tout : ils enfument un peu plus l’actualité. Ils devraient se contenter théoriquement de diffuser l’information, de la transmettre, d’en faire écho. Pourquoi la « décrypter » ? Y a-t-il un code secret qui la rend illisible ? Où se dissimule le complot qui déforme l’information ? Qui nous cache quoi ? Les journalistes, « plus intelligents », sont-ils si savants ?

       Parler de décryptage est une prétention grossière qui semble signifier : nous en savons plus que vous, pauvres mortels, remettez-vous en à nous pour vous éclairer. Tristesse du propos. Désolation de qui se laisse prendre dans ce filet invisible.

       La perversité de ce comportement, c’est qu’elle pousse à croire qu’il y a effectivement quelque chose à décrypter, donc il y a complot quelque part… Le « décryptage » est une forme d’infox.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Shakespeare

     

     Richard III

     

    Illusion du moi-je

     

    Même quand il a un ami (Buckingham), Richard III n’en veut pas. Pire, il s’en méfie. D’ailleurs, comme tous les tyrans, il se méfie de tout le monde : prenez Staline, Saddam Hussein, Kadhafi… Il se plaint, avant la bataille de Bosworth, que personne ne l’aime. Mais c’est exactement ce qu’il a toujours cherché. Il a besoin d’aide pour parvenir à ses fins, il a besoin de soldats, mais il ne veut pas d’ami. Il ne veut dépendre, pour ses succès, que de lui seul : ‘I am I’. Son autonomie est poussée à l’extrême. Jusqu’à sa limite absurde, puisque, comme tout être autonome, il a besoin des autres pour lui prouver qu’il est autonome. C’est le paradoxe de l’amour-propre. Les grandes figures autonomes du théâtre shakespearien, Othello, Lear, Macbeth, souffrent tous du même complexe.

       Telle est la fin dérisoire de Richard III. Lui qui a voulu se faire tout seul et parvenir seul au sommet, il craint, au dernier moment, que ses amis ne lui soient pas fidèles… (V, 3, v. 222-224) :

     

     

    King Richard – Under our tents I’ll play the caves-dropper,

    To hear if any mean to shrink from me.

     

    LE ROI RICHARD. – Je vais aller jouer le mouchard sous nos tentes

    Pour savoir si certains ont l’intention de me lâcher.

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Mimétisme

     

     

    Sous le regard des autres

     

         « Le jugement n’est pas dernier, il est permanent. » 

                     Kamel Daoud, Le peintre dévorant la femme.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique