• Accueil

     

    Accueil

    Pierre-Yves Trémois

     

    ‘Go to your bosom, knock there, and ask your heart what it doth know.’ 

    « Va dans ta poitrine, frappe, et demande à ton cœur ce qu’il sait. »

     

               William Shakespeare,

                                Measure for measure                                                

                                Mesure pour mesure

  •  

     

    Bienvenue.

     

    Pourquoi ce blog ?

    Simplement pour se frotter aux meilleures intelligences :

    * celle de Shakespeare,

    * celle de René Girard et de ses héritiers,

    * celle des poètes et des enfants,

    * toutes celles venues d’ailleurs. 

     

    Voyez la table des matières.

     

    Retrouvez-moi aussi sur YouTube en copiant ce lien :

    https://www.youtube.com/watch?v=2VbAe16NilI 

     

    Je vous souhaite une bonne visite. 

     

    ¥ ¥ ¥ 

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Théorie mimétique

     

     

    Fétichisme  

     

    « Le nihilisme de la culture se double forcément d’un fétichisme de la science. »

     

    René Girard, La violence et le sacré.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Shakespeare

     

     

     La dame sombre a certainement servi de modèle à Cléopâtre

     

     

                                    Sonnet 130

     

     

         My Mistress’ eyes are nothing like the Sun ;
         Coral is far more red than her lips red ;
         If snow be white, why then her breasts are dun ;
         If hairs be wires, black wires grow on her head.
         I have seen Roses damask’d, red and white,
         But no such Roses see I in her cheeks ;
         And in some perfumes is there more delight
         Than in the breath that from my Mistress reeks.
         I love to hear her speak, yet well I know
         That Music hath a far more pleasing sound ;
         I grant I never saw a goddess go,
         My Mistress, when she walks, treads on the ground.
            And yet by heaven, I think my love as rare
            As any she beli’d with false compare.

     

     

         Ma maîtresse a des yeux qui n’ont rien du soleil ;

         Plus rouge est le corail que ne le sont ses lèvres ;

         Autant la neige est blanche, autant ses seins sont bistre ;

         Ses cheveux noirs sont pareils à des fils de fer.

     

         Des roses de Damas, toutes rouges et blanches,

         Je n’en ai jamais vu sur les joues de ma belle ;

         Je connais des parfums qui ont plus de délices

         Que n’en exhale l’haleine de ma maîtresse.

     

         J’aime entendre sa voix et pourtant, je sais que

         Le son de la musique est de loin plus plaisant.

         Non, je n’ai jamais vu de déesse marcher  

         Quand ma maîtresse marche, elle va d’un pas lourd.

     

         Mais, par le ciel, je crois qu’elle vaut largement 

         Les prétentieuses qui se voudraient ses rivales.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • L’homme « diminué »

     

     

    In McDo We Trust 

     

    Qu’est-ce que la bassesse ?

     

    C’est d’échanger une valeur morale contre un avantage matériel, contre une « valeur » sonnante et trébuchante par exemple, une hypocrisie pour de l’argent, un mensonge pour un avancement, une flatterie pour une bonne place. Plus bas encore, c’est se voir octroyer un « honneur » contre un reniement. C’est troquer « ce que je crois » contre « ce que je vaux ». Tout le commerce fonctionne sur ce principe, toute la publicité, presque toute la com. Et l’on s’étonne que plus personne ne croit en rien !

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Mimétisme raté

      

     

    Animumain 

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique