• Méconnaissance

     

     

     

     

    Aveugles

     

                                                                                                               « …la violence aux yeux crevés… »

     

                                                                                                                           Albert Camus, L’homme révolté

     

    On dit couramment que l’amour est aveugle. Ce qui est loin d’être vrai. Le désir peut-être, mais l’amour peut au contraire porter une lumière éclatante.

       Ce qui est bien aveugle, en revanche, c’est la violence. Elle est tellement aveugle que nous ne voyons pas à quel point elle nous rend aveugles. Et pour longtemps. Que 50 ans après sa mort, certains encensent encore Che Guevara est une aberration. Il a eu la chance de mourir en quasi-martyr. Cela lui a donné aussitôt le statut de saint. Mais de son vivant, quelle brutalité ! Il n’a pas eu le temps de devenir Staline, ni Mao, ni Pol Pot, mais il avait toutes les dispositions pour cela. Et surtout un sang froid équivalent. Le contraire du courage.

       Que les assassins tuent en fermant les yeux, je le comprends. Mais pourquoi ferment-ils aussi les yeux des témoins ?

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Citation 

      

     

     

     

            « Nous sommes tous des hôtes en attente de visa. »

     

            Erri De Luca, La nature exposée.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Hommage à Rodin

     

    Auguste Rodin, décédé le 17 novembre 1917.

     

     

    Danse avec la pierre

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Shakespeare 

     

     

    Ben Whishaw : Richard II

     

    Immolation

     

    King Richard. What must the king do now ? must he submit ?
    The king shall do it : must he be deposed ?
    The king shall be contented : must he lose
    The name of king ? o’ God’s name, let it go :
    I’ll give my jewels for a set of beads,
    My gorgeous palace for a hermitage,
    My gay apparel for an almsman’s gown,
    My figured goblets for a dish of wood,
    My sceptre for a palmer’s walking staff,
    My subjects for a pair of carved saints
    And my large kingdom for a little grave,
    A little little grave, an obscure grave ;
    Or I’ll be buried in the king’s highway,
    Some way of common trade, where subjects’ feet
    May hourly trample on their sovereign’s head ;
    For on my heart they tread now whilst I live ;
    And buried once, why not upon my head ?

     

    LE ROI RICHARD. – Que doit faire le roi à présent ? Doit-il se soumettre ? 

    Le roi le fera. Doit-il être déposé ?

    Le roi ira jusqu’au bout. Doit-il perdre

    Le nom de roi ? Au nom de Dieu, qu’il s’efface.

    Je donnerai mes bijoux pour les perles d’un chapelet,

    Mon palais resplendissant pour un ermitage,

    Mes séduisants atours pour la robe d’un mendiant,

    Mes timbales ciselées pour un plat en bois,

    Mon sceptre pour un bâton de pèlerin,

    Mes sujets pour une ou deux statues de saints,

    Et mon immense royaume pour une petite tombe,

    Une petite petite tombe, une tombe obscure.

    Je peux même être enterré sur la route royale,

    Un chemin où tout le monde passe ; les pieds de mes sujets pourront ainsi

    À toute heure, fouler la tête de leur souverain ;

    Ils marchent bien sur mon cœur tandis que je suis vivant,

    Pourquoi, une fois enterré, ne marcheraient-ils pas sur ma tête ?

     

                                                                  Richard II, III, 3, 143-159.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Empathie

     

     

     

    L’Autre comme remède

     

    « C’est en vain, ô hommes, que vous cherchez

    dans vous-mêmes le remède à vos misères. »

                                                                                         Blaise Pascal

     

    Évidemment, Pascal pensait d’abord à Dieu. Il était convaincu que les hommes seraient toujours entraînés sans fin dans leur folie et n’en sortiraient jamais tout seuls. Folie supplémentaire des autonomes et des orgueilleux ! Mais où trouver le remède si Dieu ne nous apparaît pas ? Il reste à regarder son image, celui qui est fait à son image. « Ce que vous faites au plus petit d’entre les miens… » Ça n’est tout de même pas compliqué.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire