• Indifférenciation

     

     

    Tous pareillement anonymes

     

    L’anonymat est le pire des uniformes qui soit. Il signifie que tous portent le même costume indifférencié, tous sont semblables, tous sont rivaux sans le savoir.

       C’est « sous couvert » d’anonymat que certains malheureux expriment, sur les réseaux sociaux, leur opinion, leur « pensée profonde », celle qu’ils croient être uniques à posséder. Il n’y a pas d’illusion plus méchante !

       Que vaut une opinion anonyme ? Littéralement rien. Elle ne représente rien puisqu’il n’y a personne derrière. Que valent 1 K d’opinions anonymes ? Moins que rien puisque c’est du vide multiplié par 1000. Que valent 1000 K de likes ? Encore moins que rien – si c’est possible – puisque c’est la même opinion creuse répétée 1 M de fois !

       Vertige du néant.

       Comment des individus émancipés, autonomes, sûrs de leur ego, gonflés de leur « estime de soi », égoïstes comme c’est pas permis, sont-ils assez naïfs pour se réfugier dans un anonymat où ils finissent par ressembler à tout le monde !

       L’anonymat est une forme de soumission volontaire.

       L’anonymat, c’est ce à quoi les grandes tyrannies ont toujours cherché à réduire leurs citoyens. Les nazis ont poussé assez loin cette expérimentation. Et ils ont échoué. Relire les noms des victimes de la « solution finale » sur les monuments qui leur sont dédiés revient à nier la supériorité des persécuteurs sur ceux qu’ils avaient cru jeter dans les fosses communes de l’Histoire.

      On raconte – et je crois l’anecdote authentique – qu’allant vers la chambre à gaz pour être éliminée, une des condamnées a crié jusqu’à la porte de l’enfer : « Je suis Madame Lefèvre, je suis Madame Lefèvre... ». C’est magnifique. Et définitif.

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Portfolio 

    La laideur 

    Comment nous sommes-nous laissé piéger par la laideur ?

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Éducation 

     

    Fermons les écoles ! 

     

    En 2013, le maire de Chicago, Rahm Emanuel, a annoncé qu’il souhaitait fermer les écoles du Southside. Selon lui, elles étaient trop chères, le personnel était de plus en plus défaillant, elles avaient de mauvais résultats et une mauvaise réputation. Bref, c’étaient de « mauvaises écoles ». La solution radicale consistait à les supprimer ni plus ni moins. 

       Après la protestation véhémente des parents d’élèves – majoritairement noirs – le projet a été abandonné. Mais il est caractéristique de l’état de l’enseignement public. Aux États-Unis d’abord, ailleurs aussi bien. 

     

    Source : Ghosts in the Schoolyard, un essai d’Eve L. Ewing, non traduit en français. 

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Shakespeare 

     

     

     

     

    Illusion du désir spontané

     

    Beauty itself doth of itself persuade

    The eyes of men without an orator ;

    What needeth then apologies be made

    To set forth that which is so singular ? 

     

    La beauté sait convaincre toute seule

    Les yeux des hommes, elle n’a pas besoin d’un orateur.

    À quoi servent les louanges

    Si c’est pour déclencher ce qui est si singulier ?      

                            

                                      Le Viol de Lucrèce, vers 29-32.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Le ‘degree’ 

    La hiérarchie des tâches

    (ou des  taches) 

         Diamantaire...

     

    François Graff  

         ... ou orpailleur

     

    Petites mains en Afrique

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire