• État de la pensée

     

     

    QI + QE = musique

     

       Qu’est-ce que la musique ?

       De l’intelligence pure. Il suffit d’écouter Bach pour comprendre que sa musique est la manifestation parfaite, idéale, de l’intelligence, dans ce qu’elle a de plus pure. Écoutez, réécoutez, à l’infini, l’Aria de la suite n°3 en ré Majeur, vous ne deviendrez jamais bête. Au contraire, vous deviendrez de plus en plus intelligent. 

       Qu’est-ce que la musique ?

       De l’émotion à l’état pur. Il suffit d’écouter un andante de Mozart, un rythme africain authentique, ou une variation de Laurent Voulzy, pour s’en convaincre. Je prends à dessein des exemples dans toutes les musiques. Il n’y a pas de grande et de petite musique, il n’y a que de la bonne ou de la mauvaise musique.

       Qu’est-ce qu’une mauvaise musique ?

       C’est une musique bête. Une musique qui se renie. C’est ce que nous entendons, à longueur d’antenne, sur toutes les radios, et qui rend bête. C’est d’ailleurs pour cela qu’elle est gratuite.

       Hélas !

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Mythique

     

    Une pyramide de bagnoles

     

         Sous la pyramide gît le dieu des dieux, le pharaon fanfaron de la modernité.

         Dans 3000 ans, quel trésor nos descendants découvriront-ils dessous ?

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Sacrificiel

    Corina Akeson as Leontes 

    La persécution

     

    La persécution porte beaucoup de noms : harcèlement, dénigrement, calomnie, infox, méchanceté, haine du prochain. Elle relève du désir de faire mal. Comme si ce mal fait à l’autre soulageait d’un mal qu’on a en soi. Agression verbale, invective, attaque physique, furie, coups et blessures, génocide. Le goût de la persécution est un « sentiment » profond, si profond qu’il est invisible et indicible : il ne dit jamais son nom. On parlera plus volontiers de riposte, de représailles, voire de vengeance, ou hypocritement de légitime défense. Et quand cette violence s’exprime, elle fait du bien.

     

       Ainsi en est-il de Léonte, dans Le Conte d’hiver*, que la jalousie a rendu furieux. Il soupçonne, évidemment à tort, sa femme Hermione de l’avoir trompé avec son ami d’enfance, Polixène. Et il se plaint.

     

              Leontes                 – say, that she were gone,

              Given to the fire, a moiety of my rest

              Might come to me again.

     

              LÉONTE. –       …dire qu’elle pourrait disparaître,

              Être livrée aux flammes, et la moitié de mon repos

              Pourrait m’être rendu.        

     

       Dire que l’on pourrait supprimer tous les bourgeois et le prolétariat serait heureux.

       Dire que l’on pourrait éliminer tous les communistes et l’Amérique vivrait tranquille.

       Dire que l’on pourrait rejeter tous les migrants à la mer et l’Europe ne craindrait plus rien.

       Dire que l’on pourrait massacrer tous les Tutsis et les Hutus vivraient en paix.

       Dire que l’on pourrait bannir l’islam et le vieux monde dormirait sur ses deux oreilles chrétiennes.

     

       Le goût de la persécution est la source même du mal. C’est le Mal.

     

     

    * Shakespeare, Le Conte d’hiver, II, 3, 7-9. 

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Éducation

     

     

    La machine muette

     

    « Avec une machine à la place de l’expérimentateur humain, l’enfant, n’attribuant pas d’intention aux gestes robotiques de la machine, ne réagit pas. [...] Une machine ne réveille pas mes neurones miroirs parce qu’elle ne me ressemble pas. »

     

                       Jean-Michel Oughourlian 

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Saint-Exupéry* 

     

    Crédit : Gregory Colbert

    Qui va naître ?

     

    « Qui va naître ? Nous ne sommes pas un cheptel à l’engrais, et l’apparition d’un Pascal pauvre pèse plus lourd que la naissance de quelques anonymes prospères. »   

               

                                            Antoine de Saint-Exupéry, Terre des hommes.

     

     

     * Mort dans son avion le 31 juillet 1944.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique