• Théorie mimétique

     

     

    Jamais assez différents

     

    « Ce n’est jamais leur différence propre qu’on reproche aux minorités religieuses, ethniques, nationales, c’est de ne pas différer comme il faut, à la limite de ne pas différer du tout. Les étrangers sont incapables de respecter les ‘‘vraies’’ différences. »

     

                                                                                 René Girard

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • La crise des crises 

     

     

    La démocratie à la dérive

     

    26 mai 2019. Résultats des élections au Parlement européen. – Les Brexiters semblent avoir gagné en Grande-Bretagne : le parti « Brexit » – parti opportuniste –, associé à l’ancien UKIP, obtient la majorité dans les urnes. Mais si l’on considère les scores des Libéraux, des Verts, et si l’on compte les ‘remainers’ sincères parmi les Travaillistes et les Conservateurs, la réalité est différente : les Britanniques pro-européens sont nettement plus nombreux. Cela n’empêche pas les Brexiters de crier victoire puisque leur parti a « remporté » officiellement les élections européennes. ‘Winner takes all’, dit le proverbe.

       Le Royaume-Uni se dirige, à marche forcée, vers une sortie fracassante de l’UE, tandis ses citoyens ont déclaré – par leur vote majoritaire – qu’ils souhaitaient rester européens. Ainsi la plus vieille démocratie européenne qu’était le Royaume-Uni fait la preuve que le système, dans son usage traditionnel, ne marche plus. Inventée en 1215, avec la Magna Carta, renforcée en 1689 par le Bill of Rights, la démocratie britannique a résisté aux vicissitudes de l’histoire, à l’Empire et à sa décomposition, aux deux Guerres mondiales, elle est en train de s’écrouler sur elle-même.

       Pas un seul Britannique ne souhaiterait la voir disparaître au profit d’une dictature, mais personne ne sait par quoi elle va être remplacée. L’alarme est dramatique et le sourire béat de Nigel Farage fait froid dans le dos.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Citations  

     

    Conservateurs contre Progressistes

     

    « Le monde s'est divisé entre Conservateurs et Progressistes. L'affaire des Progressistes est de continuer à commettre des erreurs. L'affaire des Conservateurs est d'éviter que les erreurs ne soient corrigées. »                                                                       

    Gilbert Keith Chesterton, écrivain anglais, 1874-1936.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • État de la pensée

     

     

    Qu’est-ce qu’une opinion ?

     

       Je n’y connais rien, mais j’ai une opinion...

       Une opinion, c’est l’état de la pensée à un instant t.

       « Dans un monde qui bouge », il est recommandé de changer d’opinion, beaucoup, souvent.  

       Fonder une « pensée » sur des opinions, c’est construire sur du vent.

       Que valent 3 millions de likes ?

       Littéralement RIEN.

       Qu’est-ce qu’une « démocratie d’opinion » ?

       C’est un régime temporaire, fragile, nécessairement instable.

       Qu’est-ce qu’une culture ?

       C’est ce qui reste quand on a oublié toutes les opinions.

     

    ‰ ‰ ‰ ‰ ‰ ‰ ‰ ‰

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Shakespeare 

     

    Stella Adler Studios, New York, 2012

     

    Comment le désir empoisonne l’amour 

     

         Helena.                       My imagination

         Carries no favour in’t but Bertram’s.

         I am undone : there is no living, none,

         If Bertram be away. ’T were all one

         That I should love a bright particular star,

         And think to wed it, he is so above me :

         In this bright radiance and collateral light

         Must I be comforted, not in his sphere.

         Th’ ambition in my love thus plagues itself.

     

         HÉLÈNE. –                               Mon imagination

         Ne me présente d’autre image que celle de Bertrand.

         Je suis perdue : il est impossible de vivre, impossible,

         Si Bertrand est loin. Autant pour moi

         Aimer une étoile resplendissante et inaccessible                      

         Que de songer à me marier, il est tellement au-dessus de moi !

         C’est dans les rayons brillants de sa lumière oblique

         Que je dois me consoler, sans jamais approcher de sa sphère.

         C’est ainsi que mon désir empoisonne mon amour.

     

                                          All’s well that ends well, I, 1, 87-95.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique