• Shakespeare 

     

    Sir Patrick as King John

     

    Que vaut la loi ?

     

    Constance.                 When law can do no right,

    Let it be law that law bar no wrong.

    Law cannot give my child his kingdom here,

    For he that holds his kingdom holds the law :

    Therefore, since law itself is perfect wrong,

    How can the law forbid my tongue to curse ?

     

    CONSTANCE. – Quand la loi ne peut plus assurer le droit,

    Il paraît conforme que la loi n’empêche pas le mal. 

    La loi ne peut pas donner à mon enfant le royaume qui lui revient,

    Car celui qui détient son royaume tient aussi la loi :

    Alors, si la loi elle-même a tort absolument,

    Comment la loi peut-elle m’interdire de lancer mes malédictions ?

     

                                                                Le Roi Jean, III, 1, 185-190.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Le modèle

     

     

    Qui a envie d’être chinois ?

     

    La Chine est la plus grande dictature qui ait jamais existé. En dimension d’abord : 1,400 milliard d’habitants. Par sa nature aussi. La censure y est totale et sans appel, dans les médias, sur Internet et les réseaux sociaux. La propagande y est féroce, à peu près équivalente à celle du temps de la Révolution culturelle, avec des moyens électroniques supérieurs. Les arrestations arbitraires, les procès truqués, les « confessions sincères » des traîtres à la patrie, tout a été recopié sur le stalinisme et est appliqué en mieux. La surveillance permanente des citoyens-esclaves se perfectionne de jour en jour grâce au « crédit social » : c’est un système de notation de tous les individus. Sur un total de 1000 points, chaque infraction, voire le fait de traverser la rue hors d’un passage signalé, retirent des points au « mauvais citoyen ». Quand son total est faible, il se voit interdit de voyager, ou empêcher d’exercer certaines professions : enseignant, médecin, etc. Ça ne vous rappelle rien ? Le maître des lieux, M. Xi, est président à vie, comme dans les petites républiques bananières, mais il s’agit du plus grand pays du monde !

       Qui a envie d’être chinois ? Personne. Le taux d’immigration est négatif, on comprend pourquoi. Et c’est là où le bât blesse. M. Xi rêve de faire de la Chine le modèle universel, il se voit en train de remplacer – par pur mimétisme – le « grand Satan » américain. Mais pour être un modèle, il faut susciter le désir… Malgré tous ses défauts (injustice sociale, violence, etc.), l’Amérique a longtemps fait rêver. Les migrants y arrivaient dans les pires conditions. Et quelques-uns ont réussi de remarquables ascensions sociales. Dans une dictature sans oxygène comme la Chine, qui peut espérer se faire une place au soleil levant ?

       La Chine n’est donc pas un modèle. Elle ne peut compter que sur sa puissance militaro-financière – comme les États-Unis en leur temps. Elle est menaçante, pas attirante. Et c’est ce qui la perdra. Déjà sa croissance s’effrite. Demain sa puissance paraîtra une bulle. Quand la Chine s’endormira… ce sera sous l’effet de son propre étouffement.

       Pourquoi nous plaignons-nous en Europe d’être la terre de destination de milliers, de centaines de milliers de réfugiés ? En réalité, c’est une véritable bénédiction… Et ceux qui n’y croient pas préparent, pour un temps, la voie royale à l’empire du Milieu. C’est pour cette raison que la « crise de désir » que traverse l’Europe n’est pas anodine. Elle est une véritable ruse de Satan.

       Mais peut-être est-il trop difficile de comprendre pourquoi on est imité.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Com.

     

     

    La pub

     

    Insupportable répétition de la pub. Rabâchées, elles envahissent tout et elles se ressemblent toutes. Quelle différence y a-t-il entre deux pubs de parfum ? Aucune. « Aimez ce que jamais on ne verra deux fois ! », nous a prescrit Alfred de Vigny.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Théorie mimétique

     

     

    Le combat des mêmes

     

    « Toutes nos théories du conflit […] reflètent la fausse évidence selon laquelle plus le conflit est intense, plus grand doit être l’écart qui sépare les antagonistes. Le tragique fonctionne selon le principe opposé : plus le conflit est intense, moins il fait de place à la différence. »

     

                                              René Girard, Les Feux de l’envie

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Enfance

     

     

    Garde alternée

     

    Le lien entre les parents, c’est l’enfant. Les enfants dont les parents sont séparés font le lien là où les adultes ont cassé la structure… Ce sont les enfants qui maintiennent leurs parents en vie. Qui gardent alternativement les parents ? Leurs enfants. Quelle responsabilité ! Les petits passent une semaine chez l’un et une semaine chez l’autre. Pourquoi ne serait-ce pas plutôt les adultes qui se déplacent ? Les enfants auraient une adresse fixe et le papa passerait la semaine A chez eux, et la maman la semaine B. C’est aussi simple que cela, mais où cela se pratique-t-il ? Dans un nombre infiniment faible de cas.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique