• Shakespeare 

     

    Ian Holm as Polonius 

     

    Polonius ou la perversité de la vérité

     

    Il fait surveiller son fils à Paris. Pour savoir ce que Laërte est capable de faire, il demande à Reynaldo d’amorcer l’enquête par des mensonges « bien choisis » :

     

    Polonius.  See you now :

    Your bait of falsehood takes this carp of truth.

    And thus do we of wisdom and of reach,

    With windlasses and with assays of bias,

    By indirections find directions out.

    So by my former lecture and advice

    Shall you my son. You have me, have you not?

     

    POLONIUS. – Vous comprenez à présent :

    C’est avec l’appât du mensonge que vous attraperez la vérité comme un carpe.

    Ainsi faisons-nous, nous autres hommes de sagesse et d’expérience :

    En louvoyant et en attaquant de biais,

    Nous atteignons indirectement la bonne direction.

    En suivant mes leçons et mes conseils,

    Vous ferez ainsi avec mon fils. Vous me suivez, je pense ?

     

                                           Hamlet, II, 1, 62-68.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Crise du désir 

     

    Sans bouc émissaire,

    sans allié non plus.

     

    Dans un univers horizontal, plat, sans désir supérieur, comme le nôtre, le « sentiment d’exister » ne peut venir que dans l’opposition à l’AUTRE. Les « souverainistes » ont besoin des migrants pour se « sentir exister ». Si on assimile les nouveaux venus, les anciens propriétaires vont avoir le « sentiment » de disparaître. Et ils ont raison, en un sens.

       Le seul moyen de sortir de l’éternelle « guerre de tous contre tous », c’est de regarder plus haut.  Mais, souvent, il n’y a rien au-dessus. On a débarrassé le ciel de ses dieux encombrants. Pourquoi dit-on souvent que « l’Europe ne fait pas rêver » ? Parce qu’elle est devenue la seule Europe des marchands. Les Médicis aussi étaient banquiers, et ils faisaient des affaires dans toute l’Europe, mais ils étaient entourés de Botticelli, de Michel-Ange et de Fra Angelico.

       L’Europe enthousiaste de l’après-guerre – consciente des oppositions stériles qui avaient failli la faire disparaître toute entière – s’est faite dans la réconciliation avec l’Allemagne. Avec qui les Européens ont-ils, aujourd’hui, désir de se réconcilier ? Avec personne. Et c’est le drame.

       Réduite à son plus petit dénominateur commun – l’argent –, l’Europe littéralement n’a aucun sens, parce qu’elle n’a aucune transcendance, aucun horizon à dépasser.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Éducation 

     

     

    La tyrannie des pairs

     

    « L’autorité d’un groupe, fût-ce un groupe d’enfants, est toujours beaucoup plus forte et beaucoup plus tyrannique que celle d’un individu, si sévère soit-il. […] Affranchi de l’autorité des adultes, l’enfant n’a donc pas été libéré, mais soumis à une autorité bien plus effrayante et vraiment tyrannique : la tyrannie de la majorité. »

     

                                                  Hannah Arendt, La crise de l’éducation.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Autonomie

     

     

    L’enfer 

              « Chacun se croit seul en enfer, et c’est cela l’enfer. » 

                                                                               René Girard

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Comme une grâce

    J'avais 16 ans 

    Espérance de vie

     

    Moi qui ne suis pas très friand des statistiques, je dois reconnaître qu’elles ont inventé une notion magnifique, celle d’espérance de vie. L’expression en elle-même est splendide. Associer la vie à l’espérance, ce doit être l’invention d’un poète !

       Ayant bientôt atteint le point majeur de ce que « l’espérance » légitime m’autorise, j’en savoure chaque instant comme un met délicat réservé à des privilégiés.

       Je sais aussi que l’espérance de vie en Europe est supérieure de dix-huit ans à celle des pays pauvres. Dix-huit ans ! C’est le temps d’une jeunesse. Et je ne dois de jouir de ce privilège qu’au seul hasard qui m’a fait naître « du bon côté »...

       Je n’ai, de fait, plus rien à espérer : je suis déjà dans les prolongations. Dois-je me réjouir de la chance que j’ai ? Ou rougir de posséder une espérance que d’autres n’ont pas ?

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique