• Mimétisme

     

     

    L’envie, la jalousie et la haine

     

    « L’envie, la jalousie et la haine uniformisent ceux qu’elles opposent [...]. Elles n’ont d’oreilles que pour la célébration trompeuse des différences, celle qui sévit plus que jamais dans nos sociétés, non pas parce que les différences réelles grandissent mais parce qu’elles disparaissent. »

                                                René Girard, Je vois Satan tomber comme l’éclair

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • De la personne humaine

     

     

    Numéro d’identification

     

    Avant toute opération sur Internet, avant qu’on s’intéresse à vous et qu’on vous adresse la parole, pour tout contact ou échange, vous devez commencer par donner votre numéro d’identification. Si vous voulez que le logiciel auquel vous avez affaire vous « renseigne », il faut d’abord que vous vous identifiiez, sous la forme d’un numéro, d’un code, d’un cryptogramme quelconque, une série de chiffres. L’idée que nous n’existions que sur la base de chiffres interprétables par la machine – par la machine seule ! – est insupportable. Sommes-nous réduits à cela ? La machine n’est-elle pas plus « intelligente » que cela ?

       Je ne suis pas Joël Hillion, mais 1 45 11 86 210 013. On aurait aussi bien fait de me tatouer le numéro sur l’avant-bras gauche à ma naissance !

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Sacrificiel

     

     

    La grâce de pleurer

     

    « Vous qui regardez tout de vos yeux toujours ouverts, votre lucidité ne se baigne-t-elle jamais de larmes ? »

                                                                            Michel Serres

     

       Les enfants ont cette grâce naturelle de pouvoir pleurer. Les larmes, avec le rire, sont la manifestation la plus authentique de nos émotions. On peut pleurer de joie autant que de tristesse.

       Les larmes sont la traduction physique de sentiments immatériels enfouis au fond de notre conscience. Que l’éducation – en particulier celle des petits garçons – nous entraine à ne pas pleurer est une monstruosité. C’est une forme de torture qui ne dit pas son nom. Retenir ses larmes est le propre des « vaillants soldats ». Ne pas pleurer est une préparation à la guerre, c’est un entraînement à la violence. Ça n’est pas joli joli.

       On sait que les personnes soumises à un traumatisme violent sont parfois incapables de pleurer. Quand le sacrifice dépasse une certaine limite, il bloque toute expression. Il faut plaindre les humains qui se vantent de ne jamais pleurer.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Shakespeare 

     

     

     

    Les pièges de la com.

     

    Aufidius parle de Coriolan sacrifié par la foule, celle-là même qui aurait dû l’acclamer : 

     

    Aufidius.                  […] he has a merit,

    To choke it in the utterance. So our virtues

    Lie in the interpretation of the time ;

    And power, unto itself most commendable,

    Hath not a tomb so evident as a chair

    To extol what it hath done.

     

    AUFIDIUS. –                    Il a du mérite, 

    Mais il l’étouffe en l’exprimant. De même nos talents 

    Ne relèvent-ils que de l’interprétation de l’époque. 

    Les puissants, qui croient pouvoir s’en remettre à eux-mêmes, 

    N’ont pas de tombe plus assurée que la chaire 

    D’où ils prônent leurs hauts faits.                       

     

                                 Coriolan, IV, 6, 48-53 

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Autonomie

     

     

    Déculpabilisons joyeusement 

     

    Extrait de la présentation du dernier livre d’Yves-Alexandre Thalmann, Au diable la culpabilité*.

    « La culpabilité disparaît d'elle-même au moment où nous acceptons notre angoissante absence de pouvoir sur autrui. Grâce à ce lâcher prise, nous devenons alors capables de dissocier exactement notre responsabilité de celle des autres dans nos relations. Et nous découvrons que nous ne sommes pas responsables de leur bien-être. Quelle liberté lorsque nous déposons enfin les fardeaux qui ne nous appartiennent pas ! » 

       Profitez-en pour vous débarrasser aussi de l’empathie, ce « fardeau » si pesant... N’écoutez que vous et vous serez heureux dans votre bulle. 

     

    * Édition Jouvence

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique