• Sonnets 

     

     

     Chapelle Sixtine

     

     

    Michel-Ange aussi

     

    Sonnet à Tommaso Cavalieri

     

    […] che fie di me ? qual guida o qual scorta

    fie che con teco ma’ mi giovi o vaglia,

    s’appresso m’ardi e nel partir m’uccidi ?

     

    […] que devenir ? Quel guide ou même quelle escorte

    pourra me secourir et me garder de toi

    dont l’’approche me brûle et le départ me broie?

     

                          Extrait du sonnet XXX,

                                traduction de Pierre Leyris.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Citation

     

     

     

     

     

    ‘Everyone is an immigrant in time, voyaging into the future.’

     

    « Tout homme est un émigrant dans le temps qui voyage vers le futur. »

                                                                        

                                          Lance Morrow, essayiste américain. 

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Shakespeare 

     

     

     

     

     

    Ne peut-on désirer trop de ce qui est bon ? 

     

    Orlando. Wilt  thou have me ?

    Rosalind. Ay, and twenty such.

    Orl. What say’st thou ?

    Ros. Are you not good ?

    Orl. I hope so.

    Ros. Why then, can one desire too much of a good thing?

     

    ORLANDO. – Veux-tu de moi ?

    ROSALINDE. – Oui, et de vingt comme vous.

    ORLANDO. – Que dis-tu ?

    ROSALINDE. – N’êtes-vous pas bon ?

    ORLANDO. – J’espère que si.

    ROSALINDE. – Eh bien, ne peut-on désirer trop de ce qui est bon ?

     

     Comme il vous plaira, As You Like It, act IV, sc. 1, l. 117-122

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Rivalité mimétique

     

     

     

     

     Le Jugement de Salomon par Raphaël

     

    Le jugement de Salomon

     

    Alors deux prostituées vinrent vers le roi et se tinrent devant lui. L’une des femmes dit : « S’il te plaît, Monseigneur ! Moi et cette femme nous habitons la même maison, et j’ai eu un enfant, alors qu’elle était dans la maison. Il est arrivé que, le troisième jour après ma délivrance, elle aussi a eu un enfant ; nous étions ensemble, il n’y avait pas d’étranger avec nous, rien que nous deux dans la maison. Or le fils de cette femme est mort une nuit parce qu’elle était couchée sur lui. Elle se leva au milieu de la nuit, prit mon fils d’à côté de moi pendant que ta servante dormait ; elle le mit sur son sein, et son fils mort elle le mit sur mon sein. Je me levai pour allaiter mon fils, et voici qu’il était mort ! Mais au matin, je l’examinai, et voici que ce n’était pas mon fils que j’avais enfanté ! » Alors l’autre femme dit : « Ce n’est pas vrai ! mon fils est celui qui est vivant, et ton fils est celui qui est mort ! » et celle-là reprenait : « Ce n’est pas vrai ! Ton fils est celui qui est mort et mon fils est celui qui est vivant ! » Elles se disputaient ainsi devant le roi, qui proposa : « Celle-ci dit : voici mon fils qui est vivant et c’est ton fils qui est mort ! Et celle-là dit : Ce n’est pas vrai ! Ton fils est celui qui est mort et mon fils est celui qui est vivant ! Apportez-moi une épée » ordonna le roi ; et on apporta l’épée devant le roi, qui dit : « Partagez l’enfant vivant en deux et donnez la moitié à l’une et la moitié à l’autre. » Alors la femme dont le fils était vivant s’adressa au roi, car sa pitié s’était enflammée pour son fils, et elle dit : « S’il te plaît, Monseigneur ! Qu’on lui donne l’enfant, qu’on ne le tue pas ! », mais celle-là disait : « Il ne sera ni à moi ni à toi, partagez ! » Alors le roi prit la parole et dit : « Donnez l’enfant à la première, ne le tuez pas. C’est elle la mère. »

     

    PREMIER LIVRE DES ROIS, 3, 16-27.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Libération

     

     

     

     

     

    « Rien n’est donné aux hommes, et le peu qu’ils peuvent conquérir se paye de morts injustes. Mais la grandeur de l’homme n’est pas là. Elle est dans sa décision d’être plus fort que sa condition. Et si sa condition est injuste, il n’a qu’une façon de la surmonter qui est d’être juste lui-même. »

     

    Albert Camus, Éditorial de Combat après la Libération de Paris, août 1944.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique