• Anniversaire 

     

    Jacques Brel

    8 avril 1929 – 9 octobre 1978

     

    Non Jef t’es pas tout seul  

    On rechantera comme avant
    On sera bien tous les deux
    Comme quand on était jeunes

    Viens il me reste ma guitare
    Je l’allumerai pour toi
    Et on sera espagnols
    Comme quand on était mômes

    On sera bien tous les deux

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Shakespeare 

     

    Michel-Ange : La Bataille des Centaures 

     

    « Un vertige proche de l’orgasme »*

     

    En pleine bataille contre Corioles, Marcius revient tout ensanglanté et en pleine extase. Il embrasse violemment son ennemi mortel :

     

    Marcius.                      O ! let me clip you

    In arms as sound as when I woo’d ; in heart

    As merry as when our nuptial day was done,

    And tapers burn’d to bedward !

     

    MARCIUS (étreingant Cominius). – Oh, laissez-moi vous enlacer

    Aussi hardiment que quand je faisais l’amour, et vous prendre sur mon cœur

    Aussi joyeusement qu’au jour de mes noces,

     

    Quand les flambeaux éclairaient le lit nuptial !

     

                                        Coriolan, I, 6, 29-32

     

    * C’est le sentiment que procure la violence extrême, dans le feu de la guerre, selon Jean-Claude Guillebaud.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Empathie 

     

     

     

    Qu’un ami véritable est une douce chose !

    Il cherche vos besoins au fond de votre cœur ;

    Il vous épargne la pudeur

    De les lui découvrir vous-même.

     

    Jean de la Fontaine, Les deux amis

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Inversion 

     

     

    Le prix Belno* pour la guerre a été décerné, cette année, à Vladimir Poutine, pour son action incessante en faveur de la discorde dans le monde. 

     

    * J’en suis l’unique juré. Le prix consiste à reverser à des organisations caritatives les 5 milliards de dollars empochés pour la vente récente de missiles à l’Inde.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Après Shakespeare

     

     

    John Heminges et Henry Condell

     

    On ne saurait être trop reconnaissant envers John Heminges et Henry Condell, coéditeurs, en 1623, du Premier Folio, regroupant les œuvres « complètes » de Shakespeare sept ans après la mort de celui-ci. L’ouvrage réunit 36 pièces de théâtre, 18 déjà publiées et 18 inédites. Les deux hommes avaient été acteurs et actionnaires de la Troupe du roi, avec Shakespeare. Ce dernier était mort sans se préoccuper de la postérité de son œuvre. N’avait-il pas conscience des chefs-d’œuvre qu’il laissait après lui ? Il n’avait même pas pris la peine de corriger les pièces qui avaient été publiées de son vivant.

       Le travail considérable que les deux héritiers spirituels de Shakespeare ont accompli ne leur a pas rapporté beaucoup d’argent, et à peine la notoriété. Ils semblent n’avoir été poussés que par amour pour leur grand homme. Et la tâche n’a pas été facile. On ne connait que très peu de manuscrits de Shakespeare. La compilation a été faite à partir des textes des souffleurs, ou grâce à la mémoire des acteurs qui se souvenaient de leurs rôles. C’est merveille qu’on puisse trouver une certaine cohérence dans les pièces reconstituées après-coup.

       Mais aussi, ceux qui avaient côtoyé Shakespeare, qui avaient travaillé avec lui, avaient participé à ses créations au jour le jour, pouvaient-ils rester indifférents ? À cela, il faut ajouter le financement de l’édition assuré par Philip Herbert, comte de Montgomery, et William Herbert, comte de Pembroke – eh oui ! le même William Herbert qui a (sans doute) inspiré les Sonnets. Sept ans après la mort du maître, l’admiration devait être encore très vive.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique