• Humeur

     

     

    Migrant économique

     

    Comment distingue-t-on un « migrant économique » d’un demandeur d’asile « éligible » à l’accueil dans les pays riches ? Le « migrant économique » ne fuit-il pas une persécution : la pauvreté ? Le distinguo entre le « réfugié politique » qui cherche à échapper à une dictature et le « migrant économique » qui n’est attiré que par l’appât du gain (honte à lui !) est aussi mince et invisible qu’un cheveu blanc sur la tête de ma grand-mère.

       Faut-il définir la persécution ? Un beau tyran, bien officiel, comme Bashar el-Assad, est une incontestable abomination. Il a le mérite d’être reconnaissable entre tous. En comparaison, la famine au sud Soudan paraît une anecdote dont les riches n’ont pas à se mêler ! Comme si la famine était la faute des affamés eux-mêmes. Comme si le prix des matières premières n’était pas fixé à la Bourse de Chicago mais à Djouba !

       Il arrive, certains jours, que la faim des uns me coupe l’appétit et que l’égoïsme des autres me donne la nausée !

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Éducation

     

     

    Conférence à la Médiathèque de Saint-Pierre Quiberon sur

    L’empathie au service de l’éducation

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Paul Verlaine 

     

      

    Oaristys

     

         Ah, les oaristys ! les premières maîtresses !

         L’or des cheveux, l’azur des yeux, la fleur des chairs,

         Et puis, parmi l’odeur des corps jeunes et chers,

         La spontanéité craintive des caresses !

     

                                                                        Poèmes saturniens

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Mimétisme

     

     

    La politique – l’organisation de la cité – est une chose trop sérieuse pour qu’on la confie à des ambitieux. Et pourtant, c’est ce que nous faisons en démocratie.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Shakespeare 

     

     

    L’épreuve mimétique

     

    Nous n’avons pas seulement avec les Sonnets un parfait « traité de mimétisme ordinaire » – ce qui serait déjà considérable –, nous possédons aussi la transcription, presque pas à pas, du travail de conscience d’un homme seul qui découvre le mimétisme, l’expérimente sur sa personne, cherche à l’interpréter, parvient à le révéler, pour lui-même d’abord, et pour nous enfin, ses lecteurs anonymes. Avant d’être une « théorie », telle que René Girard a pu la construire et l’argumenter, le mimétisme est une expérience, une épreuve.

       En étudiant les Sonnets attentivement, on découvre à quel degré de perfection Shakespeare était parvenu dans la compréhension du mécanisme mimétique. Par la même occasion, on peut discerner pourquoi et comment les commentateurs qui n’ont pas perçu les affres et abîmes du désir mimétique ont si souvent été amenés à des interprétations fantaisistes, ou même extravagantes, des Sonnets – n’y voyant, selon leurs préjugés, qu’érotisme débridé, occultisme, préciosité, théologie cachée, exercice de langage pur, métafiction, métatextualité, tentative de psychanalyse, intuition pré-marxiste, brûlot féministe (ou misogyne), œuvre structuraliste (ou post-structuraliste), roman mythologique à clé, herméneutique, kabbalistique, numérologie, que sais-je ? En se laissant guider par Shakespeare, on est surpris par l’extraordinaire maîtrise de l’homme qui parvient, après un long travail sur lui-même, à un dépassement de tous ses tourments et obstacles et à une espèce de victoire sur la mimésis. Évitant le sacrifice violent – comme on le trouve dans ses tragédies –, il atteint un niveau de renoncement à peine concevable et pourtant authentique. Ayant surmonté et vaincu les tromperies et mensonges du désir, il approche, à la fin du recueil, d’une vision sublime de l’amour à peine imaginable.

     

    D’après mon essai, Le Désir mis à nu, L’Harmattan, 2012.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique