• Evénement 

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Shakespeare

     

    Jacques-Louis David

     

    Ni oubli, ni pardon,

    la haine

     

    Dans Henry VI, 3ème partie, acte I, scène 3, v. 25-47, la rivalité ancestrale entre « les deux roses » est à son comble, jusqu’à l’aveuglement.

     

    Rutland. I never did thee harm : why wilt thou slay me ?

    Clifford. Thy father hath.

    Rutland.                               But ’t was ere I was born.

    Thou hast one son, for his sake pity me,

    Ah ! let me live in prison all my days ;

    […] for now thou hast no cause.

    Clifford. No cause ?

    Thy father slew my father : therefore, die. [Stabs him]

     

    RUTLAND. – Je ne t’ai jamais fait de mal : pourquoi veux-tu m’assassiner ?

    CLIFFORD. – Ton père m’en a fait.

    RUTLAND. –                                   Mais c’était avant ma naissance.

    Tu as un fils : par amour pour lui, aie pitié de moi,

    Ah ! laisse-moi vivre en prison le reste de mes jours,

    […] Car maintenant tu n’as aucune cause.

    CLIFFORD. – Aucune cause ?

    Ton père a tué mon père : alors, meurs ! (Il le poignarde)

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Simone Weil 

      

    Pas une simple revendication 

     

    « Abolir tout ce qui, dans la vie contemporaine, écrase les âmes sous l’injustice, le mensonge et la laideur. » 

                                            Simone Weil, Écrits de Londres.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Portfolio 

    Tournée de promotion de mon roman

    Une île sur le fleuve

    au Sénégal, janvier 2019.

     

    CDRS, Saint-Louis du Sénégal

     

    Université Gaston Berger

     

     

     

    Cercle de la Rade à Dakar

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Méconnaissance

    Pléonasme

     

    Tout est gratuit

     

         Tout est gratuit, t’inquiète pas, sers-toi, ne pense à rien !

         Qui paie ?

         Eh, eh ! C’est toi, ballot !

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique