• Shakespeare

     

     Jean Valjean par William Farnum, 1917.

     

    Les miséreux

     

    1 Citizen. What authority surfeits on would relieve us. If they would yield us but the superfluity, while it were wholesome, we might guess they relieved us humanely ; but they think, we are too dear : the leanness that afflicts us, the object of our misery, is as an inventory to particularise their abundance ; our sufferance is a gain to them. – Let us revenge this with our pikes, ere we become rakes : for the gods know, I speak this in hunger for bread, not in thirst for revenge.

     

    PREMIER CITOYEN. – Ce dont les gens au pouvoir regorgent suffirait à nous soulager. S’ils ne nous rendaient que leur superflu, pourvu qu’il soit comestible, nous pourrions nous imaginer qu’ils nous soulagent par humanité. Mais ils pensent que nous sommes trop coûteux. La maigreur qui nous afflige, résultat de notre misère, ils la mesurent à l’aune de leur abondance ; notre souffrance est leur profit. Vengeons-nous avec nos fourches avant de devenir des râteaux. Les dieux savent que c’est ma faim pour du pain qui me fait parler, et non ma soif de vengeance.

                                                              Coriolan, I, 1, 15 et s.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Nos liens

     

     

     

    Comme un labyrinthe de relations

     

    « La jeune génération commence à voir le monde non comme un entrepôt plein d’objets à prendre et à posséder, mais comme un labyrinthe de relations auxquelles il faut accéder. »

     

    Jeremy Rifkin, Une nouvelle conscience pour un monde en crise. Vers une civilisation de l’empathie.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     

                                                       

     

    Le pardon

     

         Nous nous pardonnons tout, et rien aux autres hommes. 

    Jean de La Fontaine, La besace

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Victimisation

     

     

    Compatissant

     

    Le langage de la compassion est devenu celui des hommes politiques et des « communicants » en mal d’idéologie. Les « grandes idées » n’ont plus cours, elles sont dévalorisées, elles se sont effondrées avec les principes qui, hier encore, nous tenaient ensemble. Toute l’Europe et les deux Amériques sont désenchantées de la démocratie. Restent des bribes de partis dont les leaders parlent d’autant plus fort que leurs propositions sont essoufflées.

       Faute de mieux, à la place de rien, la compassion est désormais le catéchisme des populistes de droite comme de gauche (si jamais il y a encore une droite et une gauche). Il s’agit de nous faire pleurer, via la télévision et autres médias, sur le sort des « petites gens », des « gens d’en bas », des trimeurs à 3 euros de l’heure, qui ne peuvent plus faire un plein dans leur voiture. Bien sûr, il existe une vraie misère. Et elle est scandaleuse. Il est d’autant plus rageant de la voir disparaître sous les lieux communs des bons samaritains laïcs qui nous rejouent « mes pauvres de ma paroisse » !

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Stendhal 

     

    Le modèle-obstacle 

    Extrait de Lucien Leuwen 

    « […] on annonça madame de Chasteller. À l’instant Lucien devint emprunté dans tous ses mouvements ; il essaya vainement de parler ; le peu qu’il dit était à peu près inintelligible.

       Il n’eût pas été plus surpris si, en allant au feu avec le régiment, au lieu de galoper en avant sur l’ennemi, il se fût mis à fuir. Cette idée le plongea dans le trouble le plus violent, il ne pouvait donc se répondre de rien sur son propre compte ! »

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique