• Mimétisme 

     

     

     

         Qu’est-ce qu’un prétentieux ? C’est un mimétique qui n’y arrive pas.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Stendhal

     

     

    Les ennuyeux

     

    M. Leuwen père : « Il y a bien des années que je n’avais parlé aussi longtemps à un aussi grand nombre d’ennuyeux, aussi suis-je saturé d’ennui officiel et de platitude à dire ou à entendre sur le gouvernement. […] Quand je quitte ces gens-là, je suis encore bête pour une heure ou deux, je m’ennuie moi-même. »

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Sacrificiel 

     

     

    L’enfer n’existe pas

     

    « Si la souffrance avait quelque puissance par elle-même, le centre de la rédemption serait l’enfer. »

                                                               Père Georges Finet

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Shakespeare 

     

     

     

    Sombre opportuniste

     

     

    Iago.We cannot all be masters, nor all masters

    Cannot be truly follow’d. You shall mark

    Many a duteous and knee-crooking knave

    That (doting on his own obsequious bondage)

    Wears out his time, much like his master’s ass,

    For naught but provender ; and when he’s old, cashier’d :

    Whip me such honest knaves. Others there are

    Who, trimm’d in forms and visages of duty,

    Keep yet their hearts attending on themselves,

    And, throwing but shows of service on their lords,

    Do well thrive by them, and, when they have lin’d their coats,

    Do themselves homage. These fellows have some soul,

    And such a one do I profess myself.

     

    IAGO. – Nous ne pouvons pas tous être les maîtres, et les maîtres

    Ne peuvent pas tous être servis fidèlement. Vous en trouverez

    Beaucoup de ces fourbes serviles et agenouillés

    Qui se délectent de leur obséquieuse soumission,

    Qui s’échinent toute leur vie, comme l’âne de leur maître,

    Pour une maigre pitance. Et quand ils sont vieux, on les jette !

    Ah, fouettez-moi ces honnêtes gredins. Il y en a d’autres

    Qui, en simulant le respect et le dévouement,

    Gardent dans leur cœur le souci d’eux-mêmes,

    Et ne manifestant pour leur maître qu’un semblant de zèle,

    Profitent de celui-ci, et quand ils ont amassé assez de bien,

    Ils savent en tirer avantage. Ces lascars-là ont une âme,

    Et je reconnais que je suis tel.

     

                                                       Othello, I, 1, 42-54

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Bouc émissaire

     

     

    Pourquoi s’en prendre à « la société » ?

     

    Tout va toujours mal, c’est-à-dire jamais dans le sens que moi, petit roi souverain, je souhaite que les choses tournent. Il est difficile, la plupart du temps, de dire pourquoi les choses tournent mal, et surtout qui les a fait tourner mal. Le monde est complexe, de plus en plus complexe, « l’effet papillon » se produit partout, et le battement d’aile d’un insecte ici déclenche un ouragan là-bas.

       Comment assouvir son besoin de vengeance ? À qui s’en prendre ? Faute de criminel idéal, reste… la société ! Elle a bon dos, elle est multiple et anonyme, et en la prenant pour cible, je n’oublie personne ‒ sauf moi qui suis dedans ! C’est comme les embouteillages : ce sont toujours les autres qui embouteillent ma route, ce n’est jamais moi qui gêne la circulation…

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique