• Etat du monde

     

     

     

    Crise des migrants 

     

    Quelle crise des migrants ?  Il s’agit bien plutôt de la crise de l’accueil. Le problème, ce n’est pas le déplacement des humains sur la planète, c’est la manière dont les gens en place, qui se croient bénéficiaires de droits imprescriptibles, reçoivent les voyageurs… Quand on ne veut pas régler un problème, on commence par le mal nommer. La « crise des migrants » n’est pas prête d’être résolue.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Shakespeare

     

     

     

    Early Shakespeare

    Shakespeare et le désir « spontané » 

     

    Wilt thou be daunted at a woman’s sight ?

    Aye, beauty’s princely majesty is such,

    Confounds the tongue and makes the senses rough.’  

     

    « Te laisseras-tu intimider par la vue d’une femme ?

    Ah, la majesté princière de la beauté est telle

    Qu’elle brouille la parole et déroute les sens. » 

     

                                              Henry VI, part 1, act V, sc. 3, l. 69-71.  

     

    Écrite au tout début des années 1590, Henry VI, première partie, est considérée comme la première pièce de la main de Shakespeare. Il est encore loin d’avoir compris le désir mimétique, « le désir par les yeux d’un autre », comme il le définit dans Le Songe d’une nuit d’été, écrite dix ans plus tard. Comme tout le monde, il croit que la beauté « déclenche » le désir. Selon ce schéma classique (et erroné), la femme provoque le désir chez l’homme et s’il ne le maîtrise pas, c’est finalement de sa faute à elle. Les violeurs n’ont pas d’autre argument. Et ils sont sincères ! Pourquoi cacher une femme sous un voile ? Les méconnaissants assurent que c’est pour la protéger du désir de l’homme. Ils ne se remettent pas en cause eux-mêmes. Comment le pourrait-il ? Shakespeare, lui, y parvient après un long travail sur lui-même. Il est complètement explicite sur le désir mimétique dans le sonnet 114 écrit avant Le Songe. Shakespeare n’était pas seulement un « génie des mots », il était aussi un penseur génial.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Education 

     

    Amadou Sanfo, conteur

     

    La musique, clé de l’universel 

     

       Ma première tâche, comme enseigneur, a toujours été de mélanger les genres, de faire se frotter les cultures, d’ouvrir les esprits formés dans un système de références à une multitude d’autres références. En enseignant l’anglais, j’ai les clés d’une infinité de portes ouvrant sur une infinité d’expressions. La langue anglaise n’appartient plus, depuis longtemps, aux Anglais. Elle est devenue la langue « globale ». Il suffit de peu de choses pour lui retirer cette tare totalitaire et s’en servir pour cultiver de l’universel.

       En même temps, mon souci a toujours été de permettre à chaque élève, à chaque personnalité humaine, de trouver dans cette langue commune le support d’une expression unique. Je n’ai jamais expliqué la langue anglaise, j’ai uniquement cherché à faire entrer les élèves dedans. À cette fin, j’ai conçu des exercices d’implication de texte qui font que la culture étrangère n’est plus tenue à distance, observée, étudiée ; au contraire ces exercices permettent à l’élève de se confondre à l’étrangeté ─ que le support soit un texte d’origine britannique, américaine, africaine, australienne ou indienne. De même, la musique qui accompagne mes cours, a des sources multiples, infinies. Mon plaisir consiste à faire entrer par les oreilles ce que les yeux hésitent à accepter. Comment s’entendre ? En écoutant la même chose. J’intrigue les élèves et excite leur curiosité. Leur ayant fait écouter une jolie mélodie malgache, je les interroge sur ce qu’ils viennent d’entendre. Certains croient reconnaître une musique grecque, d’autres des harmonies andines… Un jour que je passais une fugue de Bach, un élève d’origine arabe crut percevoir des inflexions orientales. Il n’avait certainement pas tort. La musique est vraiment universelle. Elle est un passeport extraordinaire entre les sensibilités.

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Persécution 

     

     

    Les exclus seront les élus 

     

    Les sacrifiés d’aujourd’hui sont l’avenir du monde. Les vagabonds en quête d’un territoire ─ on les appelle les « réfugiés » ─ sont les fondateurs de l’universel. Évidemment, personne n’en veut. Évidemment, ils sont rejetés, bannis, ils subissent toutes les violences, de la cupidité sans vergogne des passeurs véreux au mépris des Européens qui ne veulent pas les accueillir. Combien de morts, hier, dans les eaux mythiques de la mer Égée ? Les nouveaux gueux sont sales, ils sont pauvres, ils parlent étranger, ils ont peut-être des maladies, et ils trainent avec eux le danger du terrorisme, pensez donc ! Il n’y a pas plus pervers et tenace qu’un fantasme de peur. Les rassasiés ne veulent pas « accueillir toute la misère du monde ». Au nom d’un imaginaire Occident chrétien, les vagabonds sont rejetés à la mer. Jonas, déjà, dans la Bible… Nous reproduisons ainsi, sans le savoir, le sacrifice archaïque du bouc émissaire : il y a déjà assez de chômage chez nous… L’aberration n’aveugle pas les persécuteurs, car les persécuteurs sont toujours aveugles. C’est même à cela qu’on les reconnaît. Au nom de valeurs prétendues « sacrées », la violence s’exerce en toute bonne conscience. Sauf pour quelques-uns qui perçoivent le scandale. Le skandalon, mot grec justement, représente « tout obstacle placé sur le chemin et faisant tomber quelqu’un (une pierre d’achoppement, une occasion de chute), c’est-à-dire un rocher qui fait trébucher ». Le rocher, aujourd’hui, peut être une île grecque où des enfants syriens viennent mourir. Trop tard, Frontex n’est pas arrivée à temps. Trop peu de moyens, dit-on.

       « N’avez-vous jamais lu les Écritures ? » demande Jésus dans Matthieu, 22, 42. Et il rappelle le Psaume 118, verset 22 :

             « La pierre qu’avaient rejetée les bâtisseurs,

             C’est elle qui est devenue la pierre d’angle. »

       Il serait temps de nous rappeler notre culture chrétienne. Ne serait-ce que pour ne pas passer, éternellement, pour des imbéciles.

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Humanité  

     

     

     

    La perte des liens 

     

    « L’appauvrissement des liens qui unissent l’homme à lui-même, aux autres et au monde devient un puissant générateur de demande de substituts hétéronomes. »    

                                                          Jean-Pierre Dupuy 

     

    Par « hétéronomes » nous devons comprendre « marchands ». Ce sont les objets de divertissement, les gadgets, les drogues, les médias, tous substituts de liens. Contradiction troublante, un substitut de lien est le contraire d’un lien. Le réseau global, le Web, Internet, Facebook et autre Twitter nous rapprochent-ils les uns des autres ou bien nous éloignent-ils ? Quand je parle pendant une heure avec ma fille aux États-Unis sur Skype, que je la vois en même temps que je lui parle, et que cela ne me coûte pas un centime, je m’émerveille de la petitesse de notre village global et de la puissance de la modernité. Pourquoi alors ne nous entendons-nous pas mieux ? Les réseaux fonctionnent, les techniciens ne sont pas en cause. Pourquoi adorer les liens virtuels et ne pas saluer son voisin quand on le croise dans la rue ? Pourquoi tant de communications faciles et si peu de contacts vrais ? Le corps, une fois de plus, est l’obstacle. De quoi avons-nous peur ? Pourquoi manifestons-nous tant de résistance à notre incarnation ?

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire