• Portfolio

    Paul Gauguin 

    ou les couleurs du désir

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Citation

     

     

     

     

    « L’Autre n’est pas donné quand on arrive au monde, il faut cheminer vers lui. »  

     

    Boris Cyrulnik, Ivres paradis, bonheurs héroïques. 

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Shakespeare 

     

     

    Shakespeare, premier girardien 

     

    Nulle part mieux que dans les Sonnets le mécanisme mimétique n’est mis en lumière avec autant de soin. Shakespeare paraît avoir expérimenté sur lui-même les ravages du désir mimétique. Fasciné par son modèle idéal, W.H., jeune homme sublime qui semble accumuler sur sa seule personne toutes les qualités du monde, le poète essaie de comprendre et d’interpréter le pouvoir qu’une telle séduction exerce sur lui. D’où vient-elle ? Quelle est sa force ? Quels sont ses effets ? Shakespeare, bien avant René Girard, perçoit les mirages du désir mimétique, les pièges tendus, la rivalité mimétique, la méconnaissance qui nous cache la vérité sur notre désir. Non seulement il lève le voile sur les mystères du désir mais il parvient à en déceler les artifices et à triompher de ses pièges. Sa découverte des tromperies du désir ne l’a pas poussé, comme beaucoup de « sages », à la désillusion amère mais à la compréhension la plus éclairée qui soit d’un phénomène universel (le désir mimétique) le plus universellement ignoré.

       Nous n’avons pas seulement avec les Sonnets un parfait « traité de mimétisme ordinaire » ce qui serait déjà considérable , nous possédons aussi la transcription, presque pas à pas, du travail de conscience d’un homme seul qui découvre le mimétisme, l’expérimente sur sa personne, cherche à l’interpréter, parvient à le révéler, pour lui-même d’abord, et pour nous enfin, ses lecteurs anonymes. Avant d’être une « théorie », telle que René Girard a pu la construire et l’argumenter, le mimétisme est une expérience, une épreuve. Shakespeare s’exprime en « poète girardien ». On est surpris par l’extraordinaire maîtrise de l’homme qui parvient, après un long travail sur lui-même, à un dépassement de tous ses tourments et obstacles et à une espèce de victoire sur la mimésis. Évitant le sacrifice violent, il approche d’une vision sublime de l’amour à peine imaginable. 

     

    Extrait de la préface de mon essai paru chez L’Harmattan, Le Désir mis à nu.

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires
  • Etat de conscience

     

     

    Lesbos 2016

     

    Qu’est-ce qu’une victime ? 

     

    Parlant de lui-même, Jésus dit : « Ils m’ont haï sans motif. » (Jean, 15, 25). Déjà annoncée par les Psaumes 35, 19 et 69, 5, la révélation de la victime est limpide et définitive avec Jésus-Christ. Nous ne pouvons pas faire comme si nous ne savions pas reconnaître une victime ─ une vraie, pas un pantin coupable qui, sous les feux des médias, se prétend une victime ! 

     

       Qui sont donc les victimes ? Ceux que nous haïssons sans motif. La liste est longue :

    …………………………….

    …………………………….

    …………………………….

    …………………………….

    …………………………….

    …………………………….

    …………………………….

    …………………………….

    …………………………….

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Parution

     

     

     

    Les Sonnets en version audio 

     

    Je viens d’achever l’enregistrement des 154 sonnets de Shakespeare, dans ma traduction originale. L’édition se présente sous forme d’une double CD audio vendu au prix de 16 €. Vous pouvez passer commande en cliquant sur Contact en haut à gauche de cette page et en me laissant vos coordonnées. Merci.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire