• Éducation

     

     

     

    De lien en lien

     

    Examinons les premières heures du dialogue humain. Entre le monde et moi, il y a d’abord ma mère. Dans toutes les langues du monde, le premier mot prononcé par l’enfant est « Maman ». Parler, c’est appeler, supplier, pour refaire le lien. L’apprentissage de la communication commence dans la souffrance de la séparation et dans le manque.

       En même temps qu’elle est la première destinataire de ma parole, ma mère est ma première porte sur le monde, la première « interface ». Immédiatement après, je découvre ma famille, et j’ai de la chance si elle est nombreuse. Un peu plus tard, l’interface est représentée par l’école, qui prolonge la famille et la mère, sans les remplacer complètement.

       Mais l’école est transitoire, elle a pour tâche de mettre l’enfant en relation avec ses origines, sa culture, son environnement et plus encore, avec ses pairs, le monde invisible, les hommes de toute l’espèce, tout ce qui le transcende. L’école laïque arrête son enseignement au moment où l’enjeu devient trop grand pour elle : devant Dieu. Elle laisse à l’homme que l’enfant promet de devenir le soin d’ouvrir tout seul cette dernière porte.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Portfolio  

     

    Voler  

    La tentation du ciel

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Éducation

     

     

    Apprendre sans désir

    n’est pas apprendre

     

    « Tout apprentissage se ramène à l’imitation », rappelle René Girard. Cela est incontournable. Apprendre consiste, grâce au mécanisme mimétique et à la mise en action des neurones miroirs, à tenter de s’approprier ce que l’autre possède. Le schéma est aussi simple qu’universel. Celui qui sait me paraît désirable, je désire donc ce qu’il possède. Je l’imite pour calmer mon désir, j’apprends ainsi ce qu’il sait, et j’oublie ensuite la source de mon désir : ce que je garde pour moi est un acquis. La culture, c’est ce qui reste quand on a oublié ses maîtres. Je suis sûr que ce que j’ai acquis est « à moi » puisque je l’ai tant désiré. Apprendre sans copier est impossible.

       Cela est vrai, mais cela n’est que la moitié de la vérité. Apprendre ne consiste pas purement et simplement à copier. Ce n’est pas le savoir qui est seulement désirable, c’est d’abord à celui qui sait que je désire ressembler. L’apprentissage est fondé sur un mouvement affectif, il est d’abord une relation. La pédagogie est une forme de « confusion des sentiments ». Apprendre sans désir n’est pas apprendre.

     

    ⅏⅏⅏⅏⅏⅏⅏ 

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Shakespeare 

     

     

      

    Érotisme

     

    ‘Call it not love, for Love to heaven is fled, 

    Since sweating Lust on earth usurp'd his name.’

     

    « N’appelez pas cela de l’amour, car l’amour s’est envolé au ciel

    Depuis que, sur terre, la luxure trempée de sueur a usurpé son nom. »

     

    Venus and Adonis 

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Shakespeare 

     

     

      

    La réputation

     

    CASSIO 

    Reputation, reputation, reputation ! Oh, I have lost my reputation ! I have lost the immortal part of myself, and what remains is bestial. My reputation, Iago, my reputation !

    IAGO 

    As I am an honest man, I thought you had received some bodily wound. There is more sense in that than in reputation. Reputation is an idle and most false imposition, oft got without merit and lost without deserving. You have lost no reputation at all unless you repute yourself such a loser.

     

    CASSIO. – La réputation, la réputation ! Ah, j’ai perdu ma réputation ! J’ai perdu la partie impérissable de moi-même, il ne me reste plus que la partie bestiale. Ma réputation, Iago, ma réputation !

    IAGO. – Sur ma foi, j’ai cru que vous aviez reçu une blessure physique. Cela fait plus mal qu’un coup à la réputation. La réputation est une croyance stérile on ne peut plus fausse ; on l’obtient souvent sans mérite, et on la perd sans le faire exprès. Vous n’avez rien perdu de votre réputation tant que vous ne vous croyez pas vous-même perdu de réputation.

     

                                     Othello, acte II, scène 3, l. 257 et s.

     

    De manière constante dans La Tragédie d’Othello, Iago se revendique comme autonome, il ne craint le jugement de personne, il se moque des conventions, il est « libre ». Il est extraordinairement moderne. Il est le personnage « sympathique » de la pièce. Comme Hitchcock le rappelait, pour réussir une bonne histoire, il faut un bon méchant. Shakespeare l’avait compris et si nous sommes dupes, lui ne l’est pas.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire