• Shakespeare / Steinbeck 

     

     

     

    Mourir sans être aimé

     

     

    When a man comes to die, no matter what his talents and influence and genius, if he dies unloved his life must be a failure to him and his dying a cold horror.

     

    « Quand un homme vient à mourir, quels qu’aient été son talent, son pouvoir et son génie, s’il meurt sans être aimé, sa vie représente une faillite et sa mort une horreur glacée. »

     

                       John Steinbeck, À l’est d’Eden, Chapitre 34.

     

     

    K. Rich. –              There is no creature loves me ;

    And if I die, no soul shall pity me : –

    Nay, wherefore should they ? since that I myself

    Find in myself no pity to myself.

     

    LE ROI RICHARD. –               Pas une créature ne m’aime ;

    Si je meurs, pas une âme n’aura pitié de moi ;

    Et pourquoi aurait-on pitié d’ailleurs ? Puisque moi-même

    Je ne trouve en moi aucune pitié pour moi-même.

     

    W. Shakespeare, Richard III, acte V, scène 3, vers 202-205.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Notes de lecture

     

     

     

     

    « Andrew Meltzoff* a tenté une expérience avec cinq enfants qu’il a fait entrer dans une pièce vide où étaient posés cinq paquets cadeaux, absolument identiques les uns aux autres. Chaque enfant pouvait prendre un paquet, sans l’ouvrir – donc sans savoir ce qu’il renfermait. Au bout de quelques minutes, bagarre générale : chacun voulait le paquet de l’autre ! »

     

    * spécialiste des neurones miroirs

     

     

    Extrait de Cet autre qui m’obsède de Jean-Michel Oughourlian, chez Albin Michel. Le livre est passionnant. Il fait le point sur les conséquences de la découverte des neurones miroirs, en matière psychiatrique d’abord, et dans tous les domaines qui touchent les neurosciences.

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Shakespeare 

     

     

     

    Séduction, perversion

     

    HAMLET 

    Ha, ha, are you honest?

    OPHELIA 

    My lord?

    HAMLET 

    Are you fair?

    OPHELIA 

    What means your lordship?

    HAMLET 

    That if you be honest and fair, your honesty should admit no discourse to your beauty.

    OPHELIA 

    Could beauty, my lord, have better commerce than with honesty?

    HAMLET 

    Ay, truly, for the power of beauty will sooner transform honesty from what it is to a bawd than the force of honesty can translate beauty into his likeness. This was sometime a paradox, but now the time gives it proof. I did love you once.

     

    Hamlet. Ah, voyons ! Êtes-vous honnête ?

    Ophélie. Monseigneur ?

    Hamlet .  Êtes-vous belle ?

    Ophélie. Que veut dire votre Seigneurie ?

    Hamlet. Que si vous êtes à la fois honnête et belle, votre honnêteté ne devrait pas être mise en doute par votre beauté.

    Ophélie. La beauté, monseigneur, ne pourrait-elle avoir meilleure commerce quavec l’honnêteté ?

    Hamlet. En effet. Le pouvoir de la beauté a plus vite fait de changer l’honnêteté en une putain que la force de l’honnêteté ne peut convertir la beauté à sa ressemblance. Cela a pu paraître un paradoxe, mais à présent les événements en donnent la preuve. Je vous ai aimée, jadis…

     

                                                       Hamlet, acte III, sc. 1, v. 102-114.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Etat de conscience 

     

     

     

     

    De l’intelligence artificielle

     

    « Les ordinateurs peuvent faire ‘‘ce qu’un cerveau humain ne peut pas comprendre’’ * […] car la compréhension est véritablement une fonction de l’esprit, mais jamais le résultat automatique de l’intelligence. »  

     

    Hannah Arendt 

     

    * Citation de Von Fritz.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Citation 

     

     

     NDT

     

    L’impossible contact

     

    « Toujours ces flous douloureux de l’impossible contact. » 

     

    Marc Guiguet

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire