•  

     

    Bienvenue.

     

    Vous trouverez, sur mon blog, le résultat de mes recherches sur

       *  William Shakespeare,

       *  René Girard et la théorie mimétique,

       *  l’éducation et le désir,

    et plus encore…

     

    Prochains événements :

     

    Quiberon, place Hoche,

    Lundi 24 juillet à partir de 16 heures

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

      

     

    J’y serai.

     

     

      

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ¥ ¥ ¥ 

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Poésie

     

                 

     

     

     

     

     

                  « L’ornement éloigne l’invisible. »

     

                                    Marie-Lise Corneille, L’or du désir.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Sexisme 

     

     

     Black Queen

     

    La folie de la différence

     

    Le racisme, avant d’être une forme de violence, est une forme d’imbécilité. Comment concevoir une « philosophie de la différence » à partir d’une dose de mélanine ? Nous sombrons immédiatement dans le ridicule un ridicule qui, malheureusement, tue. Quelle distinction la nature fait-elle entre un homme et une femme ? Elle est génétiquement infime, elle tient, à peine, à un demi-chromosome. La différence homme-femme est culturellement immense alors qu’elle est naturellement minuscule. Pourtant, à ce jour, la rivalité des sexes n’a connu que de piètres rémissions. L’atténuation des différences déchaînent le sexisme comme un choc en retour. Ainsi, sur notre petite planète rétrécie par la globalisation, on peut encore côtoyer des sociétés, des systèmes, des « communautés » où le sort réservé aux femmes est équivalent à celui des Noirs sud-africains au temps maudit de l’Apartheid. Comme ces injures à la dignité humaine sont faites dans des régions riches en pétrole, chut, je n’ai rien dit, mon indignation est taboue. Il vaut mieux vénérer, dit-on, les différences culturelles que respecter les femmes…

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Shakespeare 

     

     

     

     

     

    L’apparat

     

    BASSANIO

    So may the outward shows be least themselves : 

    The world is still deceiv’d with ornament.

     

    Ainsi, ce qui se voit est ce qu’il y a de moins authentique :

    Le monde est toujours trompé par l’apparat.  

     

    The Merchant of Venice, act III, sc. 2, l. 73-74.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • État de la personne 

     

     

    Ma part de camembert 

     

    Si la démocratie est rarement d’expression directe (la planète n’est pas assimilable à un canton suisse), on peut avantageusement substituer le sondage d’opinion au suffrage universel. Rassemblée en catégories mesurables, contrôlables, remodelée en « grandes tendances », la masse devient gérable. Il y a de la place pour tout le monde dans le grand « camembert » des sondeurs. Que chacun prenne donc place dans le camembert. Comment se reconnaît-on dans un camembert ? Justement, on ne s’y reconnaît pas. Toute pensée originale, toute expérience singulière doivent être ramenées à des « opinions », à des « tendances » – et ensuite, on les compte… Peut-on s’identifier à une part de camembert ? Précisément, non. Les règles sacrées de l’anonymat restent inviolées.

       Voilà un paradoxe criant : la mondialisation ne rassemble pas les individus, elle les sépare, elle les atomise, elle les éloigne les uns des autres. La masse est une masse, chaque unité qui la compose demeure une unité. De la cellule unique au corps complet, il n’y a pas place pour des alliances ou des affiliations durables. Disparaissez. Un réseau social (Facebook, Twitter) n’est pas un club. Les fichiers informatiques contiennent des listes immenses de noms de personnes inconnues entre elles. Avant d’entrer dans le système, tapez votre pseudo : vous n’êtes pas tenu d’apporter votre âme.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires