• Mimétisme aggravé

     

     

     

    Au suivant

     

    Cette chanson de Jacques Brel est une illustration magnifiquement dramatisée de la théorie mimétique. En faisant défiler tous les humains à la queue leu leu, dans une armée d’opérette, le chanteur nous dessine une humanité réduite à rien par l’imitation, chaque être étant la copie de son voisin, répétitivement. C’est Le Meilleur des mondes, version apocalyptique. La crise va s’accélérant tout au long du « récit » dans un tourbillon vibrionnant d’indifférenciation, jusqu’au délire.

       Jacques Brel a tout compris à la crise mimétique mais il ne sait pas en sortir. Il choisit la solitude, l’isolement, et succombe à sa fièvre de liberté, jusqu’à vouloir ressembler à un cul-de-jatte ou à un pendu. On peut dire que sa « sortie de crise » est sacrificielle. Et malgré le panache et la verve de l’expression, nous restons dans le mensonge romantique et n’atteignons jamais la vérité romanesque.

     

    « »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :