• Comme une grâce

    J'avais 16 ans 

    Espérance de vie

     

    Moi qui ne suis pas très friand des statistiques, je dois reconnaître qu’elles ont inventé une notion magnifique, celle d’espérance de vie. L’expression en elle-même est splendide. Associer la vie à l’espérance, ce doit être l’invention d’un poète !

       Ayant bientôt atteint le point majeur de ce que « l’espérance » légitime m’autorise, j’en savoure chaque instant comme un met délicat réservé à des privilégiés.

       Je sais aussi que l’espérance de vie en Europe est supérieure de dix-huit ans à celle des pays pauvres. Dix-huit ans ! C’est le temps d’une jeunesse. Et je ne dois de jouir de ce privilège qu’au seul hasard qui m’a fait naître « du bon côté »...

       Je n’ai, de fait, plus rien à espérer : je suis déjà dans les prolongations. Dois-je me réjouir de la chance que j’ai ? Ou rougir de posséder une espérance que d’autres n’ont pas ?

     

    « »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :