• Shakespeare 

     

     

    Le miroir des autres

     

    Commentaire d’Ulysse lisant une lettre d’un ‘strange fellow’ ‒ ce pourrait être Shakespeare :

     

    Ulysses.                      A strange fellow here

    Writes me : ‘That man, how dearly ever parted, 
    How much in having, or without, or in, 
    Cannot make boast to have that which he hath, 
    Nor feels not what he owes, but by reflection ; 
    As when his virtues shining upon others 
    Heat them, and they retort that heat again 
    To the first giver.’

     

    ULYSSE. –                             Un curieux individu

    M’écrit ceci : « Un homme, aussi richement doté soit-il,

    Quelles que soient ses qualités, visibles ou invisibles,

    Ne peut se vanter d’avoir ce qu’il a,

    Ni n’éprouve de quoi il est redevable, sinon par écho :

    Quand ses vertus rayonnent sur les autres

    Et les réchauffent, ils renvoient cette chaleur

    À celui dont elle émane. »

     

                                        Troilus and Cressida, III, 3, 96-103.

     

    « »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :