• Divertissement

     

     

     

    La ludification

     

    Le jeu, sous toutes ses formes, envahit tous les domaines d’activité. Il a remplacé « la règle » à l’école, il pousse à la consommation, il est un élément essentiel de la pratique des réseaux sociaux. Il consiste à stimuler artificiellement les « circuits de récompense » du cerveau, comme le fait la dopamine. Il a le même effet que les drogues, le tabac, etc. Il donne aux joueurs une illusion de maîtrise, il entretient un sentiment de victoire et une apparence d’appropriation.

       Comment les enfants se servent-ils du jeu, ce bien si précieux, au quotidien ? Pour leur plus grand profit, ils jouent... et ils savent qu’ils jouent. Il n’y a pas plus conscient de jouer qu’un enfant qui joue. Un jeu est toujours éducatif quand ce n’est pas un amusement. Les parents ont bien tort de dire à leurs enfants « va t’amuser ». Ils ont mieux à faire*.

       La ludification évoquée plus haut est autre chose. C’est le remplacement du jeu par un chantage à la récompense. On ne demande plus la règle du jeu, on demande « qu’est-ce qu’on gagne ? ». Dans les jeux d’enfants, il n’y a rien à gagner. « Jouer à » est un entraînement imitatif à la vie. La ludification est un piège à récompense : comme le petit rat qui doit trouver le fromage au bout du labyrinthe. C’est un amusement sans désir vrai, un amusement triste.

     

    * Voir Qu’est-ce qu’un jeu ? page 44

     

    « »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :