• Rivalité shakespearienne 

     

    Shakespeare-Neville

     

    Comme d’aucuns cherchent à nous en convaincre, William Shakespeare de Stratford (1564-1616) était un sinistre crétin. Fils d’un illettré, illettré lui-même, il n’a pas écrit une ligne des chefs-d’œuvre laissés à la postérité sous son nom.

       Parmi les multiples candidats à l’écriture de l’œuvre de Shakespeare, un prétendant « sérieux » pourrait être Sir Henry Neville (1562-1615) – dans une liste qui ne compte pas moins de 80 noms... Ce Neville a été découvert par Brenda James et William Rubinstein, qui ont publié un livre très « sérieux » sur la question, The Truth Will Out (2005). Grâce à une grille de déchiffrage, comportant 12 colonnes de 12 lettres chacune, appliquée aux Sonnets, ils ont retrouvé un nombre impressionnant de répétions du nom NEVILLE. Le doute ne paraît plus permis. D’autant plus que ce Sir Henry Neville était coutumier de l’écriture cryptée – en particulier comme ambassadeur de sa Majesté. Il a effectivement été Ambassadeur en France au début du XVIIe siècle. Ne cherchez plus, c’est lui le grand Will !

       Ce qu’il y a de surprenant parmi toutes ces recherches scientifiques et « sérieusement » documentées, c’est qu’elles laissent supposer que le règne d’Elizabeth 1ère a été le foyer d’une myriade de génies potentiels et inconnus, une pépinière de grosses têtes, une ruche bourdonnante d’artistes hors pair unique dans l’histoire ! Il n’y a qu’à piocher dans le tas, on trouve toujours un gars qui avait le même talent que Shakespeare. J’attends le prochain tirage qui nous fera sortir... une fille ! Le reine Elizabeth a bien été supputée une fois ou l’autre, mais sans convaincre. Une fille, ce serait merveilleux. Relisez Les Sonnets. Qu’elle soit aimée d’un beau jeune homme, noble, riche et séduisant, ce serait comme un conte de fée. Qu’elle ait subi les assauts saphiques d’une insatiable Dame Sombre, ce serait moderne !

       Allons, nous avons encore de belles découvertes  à faire et bien des surprises qui nous attendent. Et Shakespeare, dans tout ça ? Chut, ne le réveillez pas.

     

     

     

    « »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :