• Méconnaissance 

    Démocratie directe

     

    L’idée d’une démocratie directe peut paraître séduisante. Elle flatte mon petit ego autonome qui se croit libre de tous liens. Elle « me » donne l’impression que je suis seul alors que je suis masse. Facilitée par les médias électroniques, elle s’exprime par un clic convulsif qui est immédiatement changé en statistique.

       Fonder une démocratie sur un jeu de clics conduit à la confusion. Le procédé entretient la méconnaissance. Se séparer de ses représentants, éliminer les intermédiaires – comme l’ont fait toutes les grandes tyrannies –, c’est ramener l’égalité proclamée des citoyens à une confrontation universelle des egos. Rapidement, la fausse autonomie dont les médias nous laissent jouir peut se transformer en « guerre de tous contre tous » dans une indifférenciation apocalyptique.

       Qu’on pense, par comparaison, à une Justice sans juges. On voit bien que c’est l’injustice qui gagnerait et rien d’autre.

       Le terrain est miné. Il l’est d’autant plus qu’il se déguise sous un vocabulaire trompeur : on parle de référendum* d’initiative citoyenne, de démocratie participative, de cogestion, d’autogestion, etc. L’abus de vocabulaire nuit gravement à la santé mentale. L’embrouille est totale. La démocratie mérite réflexion, patience, examen, et une claire hiérarchie dans les débats. En somme, tout ce que « notre époque » déteste.

     

      

     

    * Rappelons, pour l’histoire, la liste des référendums qui ont abouti à des fiascos. Voici quelques exemples. De Gaulle s’est fait balayer en une soirée, le 17 avril 1969, pour avoir cru au plébiscite du peuple qu’il appelait « la voix de la France ». Le référendum du 24 septembre 2000 a institué un quinquennat que nous ne savons toujours pas gérer : il a concentré le pouvoir (du Président de la république) au lieu d’élargir la démocratie. Le résultat du référendum du 29 mai 2005 sur la Constitution européenne attend toujours d’être appliqué. Quant au référendum britannique du 23 juin 2016 sur le Brexit, on voit le chaos qu’il a engendré.

     

    « »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :