• Shakespeare  

     

     

    La musique, baume ou supplice ?

     

          Du fond de sa prison, la musique affole Richard II :

     

    Richard. This music mads me : let it sound no more ;

    For though it hath holp madmen to their wits,

    In me, it seems, it will make wise men mad.

    Yet blessing on his heart that gives it me !

    For ’tis a sign of love, and love to Richard

    Is a strange brooch in this all-hating world.

     

    RICHARD. – Cette musique me rend fou : qu’elle s’arrête !

    Bien qu’elle soit capable de ramener les fous à la raison,

    Il me semble qu’elle est capable de rendre fou les plus raisonnables.

    Pourtant, je bénis ce cœur qui me la donne.

    Car c’est une marque d’amour, et l’amour pour Richard

    Est une merveille dans ce monde dévoré de haine.

         

                                                                      Richard II, V, 5, 61-66.

     

    « »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :