• Inconscience ou crime déguisé ?

     

     

    La vérité des prix

     

    Extraordinaire économie capitaliste, toujours en croissance, ou presque. Mais comment font-ils ? L’astuce, c’est de vendre à perte. Enfin, pas n’importe quelle perte. Le prix de vente est toujours sous-estimé. Soit parce que le produit n’a pas été payé honnêtement à celui qui l’a fabriqué : les petites mains bangladeshies ne savent rien du prix de vente à 10 000 km du lieu de fabrication. Soit encore, le prix n’inclut pas le retraitement qu’il faudra réaliser une fois que l’objet sera obsolète. Pour certains produits, cela survient quelques semaines après la fabrication. Pour d’autres, le temps paraît si long qu’il est difficile de l’imaginer. Le plastic qui se dégrade – mais pas complètement – au fond des océans va empoisonner les poissons pendant plusieurs siècles. Les vols aériens salissent le ciel, mais le prix du billet individuel ne tient pas compte du coût réel qui résulte de ce dégât réel. L’électricité d’origine nucléaire ignore le prix du démantèlement des centrales et ce qu’il faudra payer pour le stockage des déchets sur plusieurs millénaires… Quand il faudra aussi payer des ouvriers pour faire le travail de pollinisation que les abeilles font gratuitement, à combien de centaines de milliards de dollars cela reviendra-t-il ? Quant à l’air que nous respirons sans y penser, il a aussi un coût, mais… la nature paiera !

     

    « »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :