• Après Shakespeare

     

     

    John Heminges et Henry Condell

     

    On ne saurait être trop reconnaissant envers John Heminges et Henry Condell, coéditeurs, en 1623, du Premier Folio, regroupant les œuvres « complètes » de Shakespeare sept ans après la mort de celui-ci. L’ouvrage réunit 36 pièces de théâtre, 18 déjà publiées et 18 inédites. Les deux hommes avaient été acteurs et actionnaires de la Troupe du roi, avec Shakespeare. Ce dernier était mort sans se préoccuper de la postérité de son œuvre. N’avait-il pas conscience des chefs-d’œuvre qu’il laissait après lui ? Il n’avait même pas pris la peine de corriger les pièces qui avaient été publiées de son vivant.

       Le travail considérable que les deux héritiers spirituels de Shakespeare ont accompli ne leur a pas rapporté beaucoup d’argent, et à peine la notoriété. Ils semblent n’avoir été poussés que par amour pour leur grand homme. Et la tâche n’a pas été facile. On ne connait que très peu de manuscrits de Shakespeare. La compilation a été faite à partir des textes des souffleurs, ou grâce à la mémoire des acteurs qui se souvenaient de leurs rôles. C’est merveille qu’on puisse trouver une certaine cohérence dans les pièces reconstituées après-coup.

       Mais aussi, ceux qui avaient côtoyé Shakespeare, qui avaient travaillé avec lui, avaient participé à ses créations au jour le jour, pouvaient-ils rester indifférents ? À cela, il faut ajouter le financement de l’édition assuré par Philip Herbert, comte de Montgomery, et William Herbert, comte de Pembroke – eh oui ! le même William Herbert qui a (sans doute) inspiré les Sonnets. Sept ans après la mort du maître, l’admiration devait être encore très vive.

     

    « »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :