• Mon double 

    Ka*

     

    Du temps que j'étais écolier,
    Je restais un soir à veiller
    Dans notre salle solitaire.
    Devant ma table vint s'asseoir
    Un pauvre enfant vêtu de noir,
    Qui me ressemblait comme un frère.


    Son visage était triste et beau :
    A la lueur de mon flambeau,
    Dans mon livre ouvert il vint lire.
    Il pencha son front sur sa main,
    Et resta jusqu'au lendemain,
    Pensif, avec un doux sourire.

     

                      Extrait de La nuit de décembre, d’Alfred de Musset. 

     

    * Chez les Égyptiens anciens, le ka représente l’énergie vitale, il est le double spirituel qui naît en même temps que l’humain. Il accompagne la personne humaine jusqu’à sa tombe et lui survit.

     

    « »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :