• État de la conscience

     

     

     

    Gnostiques et pélagiens

     

    Un peu d’histoire. Combattus dans les premiers siècles de notre ère – notamment par saint Augustin et les Pères de l’Église –, les gnostiques et les pélagiens croyaient à la connaissance, (on dirait aujourd’hui au savoir et à la science), au libre arbitre et à la volonté individuelle (on parlerait aujourd’hui d’autonomie). Leur opposition à l’Église naissante vient de ce qu’ils minimisaient le pouvoir de la grâce. Question théologique.

       Nous en sommes au même point – ou peu s’en faut. Nos contemporains sont convaincus (à partir de quelles preuves ?) qu’ils ont entre leurs neurones de quoi résoudre les problèmes du monde où, largement à cause de leurs maladresses, de leur avidité sans frein et de leur inconscience, ils se débattent. Sommes-nous vraiment capables de répondre aux nouvelles exigences de la planète ? Peut-être. Il faudrait pour cela commencer par s’entendre tous ensemble… et nous n’en prenons pas le chemin ! Le « débat » lui-même ajoute à la confusion. C’est ainsi que se lamente le roi Claudius, dans Hamlet (III, 3, 68-69) :        

              ‘O limèd soul that, struggling to be free,

              Art more engaged !’

              « Ô mon âme tout engluée, en te débattant pour être libre, 

              Tu t’enfonces davantage ! » 

       La conscience collective – la noosphère que Teilhard de Chardin appelait de ses vœux –, la conscience globale, comme nous pourrions la nommer, manque furieusement alors qu’il n’y a pas un problème local qui puisse se résoudre localement : réchauffement climatique, répartition injuste des profits, migrations à grande échelle, etc. Les problèmes d’aujourd’hui sont comme l’air que nous respirons : il est partout, il est à tout le monde, et celui qui le pollue finit par l’inhaler tôt ou tard.

       Avec la conscience collective, il manque aussi la volonté collective. Chacun se planque derrière sa haie et veut ignorer les mauvaises herbes qui poussent chez son voisin. Morale de hérisson !

     

     

    « »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :