• Humeur

     

     

    Migrant économique

     

    Comment distingue-t-on un « migrant économique » d’un demandeur d’asile « éligible » à l’accueil dans les pays riches ? Le « migrant économique » ne fuit-il pas une persécution : la pauvreté ? Le distinguo entre le « réfugié politique » qui cherche à échapper à une dictature et le « migrant économique » qui n’est attiré que par l’appât du gain (honte à lui !) est aussi mince et invisible qu’un cheveu blanc sur la tête de ma grand-mère.

       Faut-il définir la persécution ? Un beau tyran, bien officiel, comme Bashar el-Assad, est une incontestable abomination. Il a le mérite d’être reconnaissable entre tous. En comparaison, la famine au sud Soudan paraît une anecdote dont les riches n’ont pas à se mêler ! Comme si la famine était la faute des affamés eux-mêmes. Comme si le prix des matières premières n’était pas fixé à la Bourse de Chicago mais à Djouba !

       Il arrive, certains jours, que la faim des uns me coupe l’appétit et que l’égoïsme des autres me donne la nausée !

     

    « »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :