• Paul Verlaine 

     

      

    Oaristys

     

         Ah, les oaristys ! les premières maîtresses !

         L’or des cheveux, l’azur des yeux, la fleur des chairs,

         Et puis, parmi l’odeur des corps jeunes et chers,

         La spontanéité craintive des caresses !

     

                                                                        Poèmes saturniens

     

    « »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :