• Mimétisme

     

     

    La voix de son maître

     

    Quand on entend, aujourd’hui, les « speakers » radio des années 30 ou 40, quand on revoit les « actualités cinématographiques » qui passaient en première partie de soirée jusque dans les années 60, on est frappé par le ton « emprunté » des journalistes et surtout par le fait que tous parlaient de la même façon. Il semble que ce ton, cette intonation si particulière, aient été recopiés des discours des hommes publics de l’époque, on pourrait dire que leur modèle était le « discours de préau d’école » des candidats aux élections, avec une diction solennelle et surjouée. Cela parait vieillot, et c’est amusant.

       Aujourd’hui, le ton a changé sauf que les journalistes de la télévision continuent de se copier les uns les autres. Qu’il s’agisse d’un documentaire sérieux et d’un commentaire imbécile pour une émission de télé-réalité, les voix que nous entendons se ressemblent à se confondre ! Tous les annonceurs, journalistes, commentateurs tendent à parler de la même façon dans un élan mimétique aussi irrésistible qu’inconscient. Quel est leur modèle ? C’est celui de quelqu’un qui vient nous annoncer un événement sensationnel, et nous incitent à nous émerveiller… Nous ne sommes pas loin du bonimenteur de foire.

       Pour les journalistes de la radio, la diction est différente. Même pour lire une dépêche tragique, le ton est un peu goguenard, vaguement ironique. Pour ces journalistes-là, le modèle est nettement calqué sur le parler particulier des animateurs de talk-shows, radio et télévision confondues, eux-mêmes modélisés sur leurs homologues anglo-saxons. Ce ton, à mi-chemin entre le dérisoire et le pompeux, se retrouve jusque sur les chaines de la radio nationale, surtout France Inter et France Info. Dans soixante ans, se moquera-t-on d’eux ? Par quoi seront-ils remplacés ?

     

    « »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :