• Désir mimétique

     

     

    Publicité

     

    « La technologie moderne accélère les effets mimétiques ; elle les répète à satiété et étend leur rayon d’action à toute la planète […]. Elle en a fait au demeurant une industrie fort respectable qu’on appelle la publicité. »

       René Girard dit vrai*, mais l’effet mimétique s’use. Il a besoin de se renouveler constamment pour rester actif. Sa source doit changer, grossir, se métamorphoser, sinon le désir s’émousse. L’accroissement exponentiel de la publicité, sur tous les médias, n’est pas le signe de son efficacité, mais l’inverse exactement, celui de son épuisement. Le désir n’y croit plus. Il faut, comme pour les drogues dures, augmenter constamment la dose. L’acédie menace.

       Tant que le « remède » opère encore, un peu, même mal, il parait efficace. Mais son accroissement est le symptôme même de l’aggravation du mal. Le désir est en panne !

      

    * Les Feux de l’envie.

     

    « »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :