• Tous contre tous

     

     

      

    Débats

     

    Il y a trop de débats dits démocratiques. Tout est matière à discussion. Nous supposons que la vérité doit sortir d’un « débat contradictoire ». Il n’en sort rien sinon que tout se discute, tout se vaut…

       Le débat, c’est la joute, la rivalité binaire, le face-à-face. Pour ne léser personne, on multiplie les intervenants. Et c’est la cacophonie. Cela va bien avec le bruit médiatique. Pour ne pas ennuyer, on ajoute des rires. Qui est capable de se souvenir d’un seul argument après une heure de propos rigolards ? La gaudriole, le divertissement, la loufoquerie, le ton goguenard des informations écrasent tout. La rigolade, c’est le contraire de l’humour, de l’esprit, de l’intelligence vive. Associée à la méchanceté, l’exercice consiste à « casser », à « vanner ». Le jeu de massacre a des relents sacrificiels – on y revient toujours.  

       Du débat, nous ne retenons généralement rien, pas une idée. Comment la raison rationnelle pourrait-elle travailler dans le bruit ? Elle est bloquée par l’émotion, elle ne perçoit que des impressions.

       Mai 68 avait « libéré la parole ». Que reste-t-il dans nos mémoires ? Des images, ou quelques slogans, qui sont des images écrites. En 1968, justement, Barbara écrivait une magnifique chanson :

     

    Dites-le-moi du bout des lèvres.
    Je l’entendrai du bout du cœur.
    Vos cris me dérangent, je rêve.
    Je rêve.

    Oh, dites-le-moi doucement.
    Murmurez-le-moi simplement.
    Je vous écouterai bien mieux.
    Sans doute.


     

    « »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :