• Shakespeare & Girard 

     

     

    « La bonne échelle »  

     

    « Comment un principe de séparation peut-il être principe d’union ? Quand la distance s’abolit entre les hommes, quand ils se rapprochent trop les uns des autres, que se passe-t-il ? »* Il se passe… tout ce qu’Ulysse évoque dans son discours de l’acte I de Troïlus et Cressida (acte I, scène 3, vers 126-135 ) :

     

    Ulyss. This chaos, when degree is suffocate, 
    Follows the choking.
    And this neglection of degree it is,
    That by a pace goes backward, with a purpose
    It hath to climb. The general’s disdain’d
    By him one step below ; he, by the next ;
    That next, by him beneath ; so, every step,
    Exampled by the first pace that is sick
    Of his superior, grows to an envious fever
    Of pale and bloodless emulation. 

     

    ULYSSE. –  Quand la bonne échelle est exsangue,

    C’est le chaos qui s’ensuit.

    Cet écart de la mesure est tel

    Qu’il revient à reculons et progresse

    Jusqu’au sommet. Le général est méprisé,

    Lui qui a méprisé son inférieur, qui lui-même méprise le suivant,

    Et le suivant celui qui lui est inférieur. À chaque étape,

    À l’exemple de celui qui a été contaminé

    Par son supérieur, grossit la fièvre de l’envie

    Dans une pâle et creuse compétition.

     

       La catastrophe arrive quand, dans une situation mimétique, la « médiation interne » (indifférenciée) se substitue à la « médiation externe » (différenciée). René Girard explique : « Tant que modèles et imitateurs vivent dans des mondes séparés, ils ne peuvent pas devenir rivaux. »

       La « panne de l’ascenseur social », c’est-à-dire de la possibilité de gravir l’échelle (‘degree’) de la promotion, conduit à une crise mimétique majeure. Nous y sommes. Cette « panne de l’ascenseur social » est aggravée par l’accélération de l’uniformisation des modes de vie (des modes tout court).    Tous les chantres de la « différence » n’y pourront rien. La planète se rétrécit et nous ne pouvons pas empêcher ce mouvement. À moins que… Cherchez comment. 

     

    * René Girard, Les Feux de l’envie

     

    « »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :