• Civilisation du lien

     

     

     

     

     

    Une économie de services, vraiment ?

     

    L’économie de services a remplacé progressivement l’économie industrielle. C’était attendu, c’était prédit. L’accroissement des services et le développement des communications devaient nous conduire à la Troisième Révolution industrielle…  Nous y sommes. Triomphe du tertiaire. Avec une nuance quand même. L’économie financière a marché plus vite que l’économie de services et elle l’a dévorée presque entièrement. Au lieu d’entrer dans un monde de mieux en mieux relié c’est le grand rêve de la « civilisation empathique » de Jeremy Rifkin , nous avons glissé vers un univers de machines qui sont censés être « à notre service » 24 heures sur 24. Banques en ligne, commerce électronique, réservations automatiques, informations formatées : pour obtenir une personne compétente, tapez 5, désolés, tous nos opérateurs sont en ligne, veuillez rappeler ultérieurement petite musique moche. Le grand dialogue planétaire espéré n’est pas encore advenu.   

       Pour quelle raison a-t-on remplacé les « personnes compétentes » par des répondeurs indifférents, par des ordinateurs qui ne sont interactifs que pour autant que vous « renseigniez » la bonne case et que vous obéissiez à leurs injonctions ? Pour gagner des marges, gonfler les profits, pardi ! Une machine, ça ne coûte pas grand-chose et ça rapporte gros. Votre appel vous sera facturé 2,38 € la minute à partir d’une ligne fixe.

       La gestion du monde par des robots est triste. Et elle est menteuse : elle camoufle la financiarisation du monde. Quand je ne veux pas m’adresser à des ordinateurs, à ma banque*, si je m’écarte des automates qui ont remplacé les employés, désormais, la « personne compétente » devant moi me parle en gardant sur les oreilles, devant la bouche, un récepteur-micro combiné, comme si elle répondait à quelqu’un d’autre en même temps. Est-elle vraiment présente ? Pourquoi ne retire-t-elle pas son combiné pendant qu’elle me parle. Est-elle enregistrée et surveillée en permanence ? A-t-elle compris que je suis là devant elle ? La robotisation du personnel est-elle seulement transitoire, en attendant que les personnes réelles disparaissent complètement ? Petit bénéfice, grosse perte humaine.

     

     

    * Le Crédit agricole, pour être exact.

     

    « »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :