• Shakespeare

     

     

     

     

     

    Shakespeare empathique.

     

    En concevant tous ses personnages, Shakespeare manifeste une capacité d’empathie exceptionnelle. Il a quand même inventé près de 1600 rôles, si l’on compte l’ensemble de ses pièces ! Pourtant, il ne se confond pas à ses personnages, sa personnalité n’est pas la résultante de tous ses personnages, il existe indépendamment d’eux. Il a investi chacun de ses personnages d’une puissance d’existence incroyable même les « petits rôles », je dirai surtout les personnages secondaires. Comment fait-il ? Son aptitude à se mettre « à la place de », à parler à la première personne en étant dans la peau d’un autre (de 1600 autres), est proprement fantastique.

       Observateur de génie, il a donné à tous les « êtres » qu’il a enfantés une autonomie confondante. Il est un peintre fidèle, scrupuleux, comme il se décrit au sonnet 24 :

       

         For through the Painter must you see his skill,
         To find where your true Image pictur’d lies.
     

         Car à travers le peintre, on juge le talent

         Qui permet de saisir le modèle lui-même.

     

       Mais il ne suffit pas de plagier, de copier. L’imitation, entre les mains d’un artiste, devient une métamorphose. L’imitation est une création. C’est le propre de l’empathie. Le génie des grands artistes en est l’expression la plus spectaculaire.

     

     

     

    « »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :