• Transmission

     

     

     

    Répétition à l’Ecole de Danse de l'Opéra de Paris 

     

    Mémoire vivante

     

    En créant, en 1713, le Conservatoire de Danse, ancêtre de l’École de Danse de l’Opéra de Paris, Louis XIV est à l’origine d’une tradition de grande valeur. L’École française de danse est mieux qu’une institution, elle est la mémoire vivante de la danse.

       La danse ne peut pas être conservée dans un musée. Un ballet qui n’est pas dansé meurt tout simplement. Les tentatives d’écriture de la danse, pour louables qu’elles soient, ne remplacent pas l’enseignement oral donné par les professeurs de l’École. Les meilleurs soutiens du « répertoire », le « Louvre » de la danse, ce sont les petits rats qui apprennent les rôles que leurs maîtres ont appris de leurs maîtres…

       Plus que la littérature, la poésie ou le théâtre, la danse est un art de l’instant. Répéter les belles chorégraphies du passé n’est pas rétrograde. Au contraire, cela apporte de la vie à ce qui, sans cela, disparaitrait à jamais. C’est la mémoire du corps par excellence. Et cette mémoire, pour rester vivante, doit passer de corps en corps, de générations en générations, comme une espèce d’ADN qui se transmet de façon immatérielle. Cette éducation est proprement une merveille.

     

       Que mon petit-fils appartienne à cette noble institution ne me rend pas fier, cela me rend plus humain, plus universel.

     

     

     

     

    « »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :