• Devoir d’intelligence

     

     

    Logique commerciale

     

    Face aux problèmes (au pluriel) de la pollution globale, il va falloir imaginer des quantités de solutions. Or que voyons-nous le plus souvent ? Les petits malins qui ont étudié dans les Écoles de commerce, les ingénieurs qui se sont convertis au marketing, les « décideurs », nous proposent tous des solutions… marchandes. La dépollution non seulement ne doit rien coûter, mais si elle peut rapporter (selon la logique du profit), c’est mieux !

       Il y a danger à suivre cette pente. À un problème multiple et complexe, n’appliquer qu’une seule logique (ici la logique commercialo-marchande), c’est se condamner à échouer. La cause de la pollution généralisée est évidemment marchande : c’est la surconsommation. Mais résoudre le problème avec la même logique que ce qui l’a causé, c’est perdu d’avance. Il a été démontré que pour résoudre une question, il faut sortir de la question. La réponse vient toujours de l’extérieur.

       Nous allons devoir être intelligents ou bien nous sommes condamnés à sombrer sous les ordures. Cela signifie que nous devons faire appel à toutes les logiques : l’analyse, la synthèse, la composition, l’association, l’intuition, la mémoire sous toutes ses formes, les émotions, la déduction, l’induction, l’invention poétique, la fiction tout aussi bien. S’en tenir à une seule logique, c’est être proche d’aucune ! C’est là que nous emmènent les forts en maths qui nous gouvernent, avec leurs gros ordinateurs et leur petite imagination.

       Tristesse.

     

     

     

    « »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :