• Reniement

     

     

     

    La perte de l’humain

     

    Quelle curieuse habitude de toujours tenter « d’expliquer » notre humanité à partir de l’économie, de la sociologie, de nos « racines », de notre éducation, du climat, de la nature, de notre ADN ou des bactéries qui se promènent dans notre intestin ! Nous ne cherchons plus notre destin dans les étoiles, mais c’est tout comme. Que cache cette manie du déterminisme ? Qu’y a-t-il de si grave que nous cherchions toujours à nous dissimuler ? À force de ramener l’humain à l’inhumain, nous allons y arriver : nous finirons bien par la perdre notre humanité. Et en plus, nous l’aurons bien cherché !

       Plutôt que de débusquer l’inhumain dans l’humain, je préfère la démarche des bons pédagogues qui eux cherchent à faire émerger l’humain dans les personnes en devenir : les enfants. J’admire l’obstination du docteur Itard à s’interroger sans relâche sur les sources d’humanité de Victor de l’Aveyron, l’enfant sauvage. Comment les déceler ? Comment leur offrir un moyen d’expression ? Je pense à la scène inoubliable du film de François Truffaut où, luttant contre sa propre émotion, Itard « punit » Victor sans motif, pour voir s’il est capable de se révolter, et sa joie quand Victor hurle et sort en pleurant du placard…

     

     

    « »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :