• Mimétique malgré tout

     

     

     

     

    La charité

     

    Si la charité c’est être gentil avec les démunis, les déshérités, les petits enfants malheureux, c’est assez facile à faire. Beaucoup même se précipitent vers eux en espérant en tirer quelque reconnaissance. Un don à l’UNICEF et me voilà tranquille… « L’amour du prochain », c’est autre chose. Comment aimer les salauds ? S’il y a des choses impardonnables, comment pardonner quand même à ceux qui les ont commises ? On peut « faire le bien », mais comment effacer en soi tout ressentiment ? « Dans son plus grand effort, l’homme ne peut que se proposer de diminuer arithmétiquement la douleur du monde », déclare Albert Camus dans L’Homme révolté. Programme minimum.

       La charité vient du cœur. Comment céder au cœur sans être freiné par la raison ? Seule la miséricorde est bonne. Mot désuet, rejeté par nos contemporains. Reste le « programme minimum », le Care.

     

     

    « »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :