• Poésie

     

     

     

     

     

    Saint-John Perse

     

    Portes ouvertes sur les sables, portes ouvertes sur l’exil,
    Les clés aux gens du phare, et l’astre roué vif sur la pierre du seuil :
    Mon hôte, laissez-moi votre maison de verre sur les sables…
    L’été de gypse aiguise ses fers de lance dans nos plaies,
    J’élis un lieu flagrant et nul comme l’ossuaire des saisons,
    Et, sur toutes grèves de ce monde, l’esprit du dieu fumant déserte sa couche d’amiante.

    Exil, I

     

     

    « »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :