• COP 23    

     

     

     

     

    Les îles Fidji menacées par la montée des eaux

     

    Un avant-goût d’apocalypse

     

    Si on supprime le paradis, qu’est-ce qu’il reste ? « Un homme ça s’empêche. Voilà ce qu’est un homme, ou sinon… », disait Albert Camus dans Le premier homme. La « réduction des émissions de gaz à effet de serre » passe par la réduction d’un certain nombre de nos petits avantages, cela commence par le renoncement à un confort qui a fini par nous paraître essentiel alors qu’il n’est que routinier, cela demande d’accepter quelques petits sacrifices. Aïe, le mot est lâché. Le sacrifice exigé n’est pourtant pas bien méchant : il suffit de s’empêcher de gaspiller, rien de plus. Est-ce déjà trop demander ?

     

     

    « »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :