• Shakespeare

     

     

     

     

     

                                   Sonnet 109

     

         O never say that I was false of heart,
         Though absence seem’d my flame to qualify,
         As easy might I from my self depart
         As from my soul which in thy breast doth lie :
         That is my home of love ; if I have rang’d,
         Like him that travels, I return again,
         Just to the time, not with the time exchang’d,
         So that my self bring water for my stain.
         Never believe, though in my nature reign’d
         All frailties that besiege all kinds of blood,
         That it could so preposterously be stain’d,
         To leave for nothing all thy sum of good :
            For nothing this wide Universe I call,
            Save thou my Rose, in it thou art my all.

     

         Ne dis pas que mon cœur a été infidèle,

         Si ma flamme a parfois brillé par son absence ;

         Je puis me séparer aussi bien de moi-même

         Que de mon âme expatriée dans ta poitrine,

     

         Logis de mon amour. Oui, j’ai vagabondé,

         Mais en bon voyageur, je te reviens toujours

         À temps, sans que le temps ne m’ait changé,

         Et j’apporte avec moi l’eau pour laver ma faute.

     

         Ne crois jamais ― bien qu’en ma nature aient régné

         Toutes les tentations qui assiègent la chair ―,

         Qu’elle ait pu follement se retrouver souillée,

         Pour, sans contrepartie, te perdre corps et biens ;

     

         Sache que je tiens pour rien ce vaste univers,

         Hormis toi, ô ma Rose : en lui, tu es mon tout.

     

     

     

     

    « »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :