• L’universel

     

     Crédit : UNICEF

     

    La globalisation marchande

     

    Vite récupérée par la machine marchande, alors que celle-ci n’en est pas à l’origine, la mondialisation a connu, en s’accélérant au XXe siècle, un boom extraordinaire. Tout a explosé. Les riches se sont enrichis comme jamais auparavant. Conjointement à l’enrichissement des riches, la paupérisation des pauvres va grandissant. Elle se globalise, en quelque sorte. Peut-être pas en chiffres absolus, mais sûrement par la différence abyssale des revenus. L’illustration la plus crue est à rechercher dans le domaine de la santé. D’un côté, plutôt au Nord et à l’Ouest de la planète, certains représentants de l’espèce humaine peuvent dépenser des sommes colossales pour des soucis d’ordre strictement esthétique, pour se refaire une « image ». De l’autre côté, plutôt au Sud, on meurt toujours d’une piqûre de moustique. Le fossé, l’abîme qui séparent la santé des riches de la santé des pauvres révèlent à quel point l’égalité proclamée entre les hommes est bafouée, et comment l’humanité a renoncé lâchement à l’universalité. C’est ainsi que s’est mise en place une mondialisation SANS universalité.

     

    Extrait de Et mon tout est un homme.

     

     

    « »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :