• Poésie

     

     

     

     

     

     

         Les matins d’oiseaux n’ont pas pris une ride

         le ravissement du réel luit toujours

         dans l’œil philosophe des plus petits.

     

         Toute ma grande personne ne fut qu’un songe.

     

     

                                                  Nicolas Blanc, Le calme dans la tempête.

     

     

    « »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :