• Sacrificiel

     

     

     

     

    Le meurtre du fils

     

    Michel Serres, dans son dernier ouvrage, c’était mieux avant, rappelle comment des générations de pères ont envoyé à la guerre, c’est-à-dire à l’abattoir, des générations de fils : 1870, 1914, 1940, Indochine, Algérie... Extrait.

     

       Sauf les bombardements civils des villes, et, dans la plupart des cas, décidées, préparées, organisées par des personnes d’âge mûr, les guerres du siècle tuèrent la jeunesse mâle. Autrement dit, dans les ministères, ambassades et quartiers généraux, quelques pères de ladite élite s’adonnaient avec ivresse au meurtre du fils, par dizaines de millions. Peu après, aveuglés sans doute devant ce volume grandiose de tombes, filles et fils rescapés apprirent, dans les amphithéâtres, le « meurtre du père ».

       Morts et mensonge, c’était vraiment mieux.

     

     

    « »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :