• État de la personne

     

     

      

    Calculez votre âge réel

     

    L’un des plus subtils paradoxes de notre temps, c’est le rapport que les contemporains entretiennent avec l’âge. Avec « leur » âge, devrais-je dire. Depuis le milieu du XXème siècle, au fur et à mesure que l’espérance de vie s’est allongée, les bénéficiaires de l’hygiène moderne et de la médecine gratuite se sont mis à détester vieillir. Plus ils se sont vu offrir des années supplémentaires, nécessairement placées à la fin de l’existence (comment faire autrement ?), plus ils ont préféré la jeunesse. L’Occident a décrété que les nouvelles qualités de l’homme moderne sont d’innovation, de spontanéité, d’improvisation, de flexibilité, de changement. Il faut être instable ! Il faut bouger, haïr dès le lendemain ce qu’on a adoré la veille, jeter ce qu’on possède et toujours avoir envie d’autre chose. Arbitrairement, on a décidé d’attribuer ces qualités à la jeunesse. Je constate, pour ma part, que les enfants ont surtout besoin de sécurité, qu’ils s’épanouissent plutôt mieux dans le calme, dans un milieu serein, au cadre clairement défini, et qu’une famille « flexible », c’est-à-dire sans cesse recomposée, est profondément perturbatrice, même pour un adolescent. Mais qu’importe, ce n’est pas la réalité qui compte, c’est ce qu’on veut qu’elle soit. Vive le désordre, donc.

     

    Extraits de La génération virtuelle.

     

     

    « »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :