• État de la personne 

     

     

    Ma part de camembert 

     

    Si la démocratie est rarement d’expression directe (la planète n’est pas assimilable à un canton suisse), on peut avantageusement substituer le sondage d’opinion au suffrage universel. Rassemblée en catégories mesurables, contrôlables, remodelée en « grandes tendances », la masse devient gérable. Il y a de la place pour tout le monde dans le grand « camembert » des sondeurs. Que chacun prenne donc place dans le camembert. Comment se reconnaît-on dans un camembert ? Justement, on ne s’y reconnaît pas. Toute pensée originale, toute expérience singulière doivent être ramenées à des « opinions », à des « tendances » – et ensuite, on les compte… Peut-on s’identifier à une part de camembert ? Précisément, non. Les règles sacrées de l’anonymat restent inviolées.

       Voilà un paradoxe criant : la mondialisation ne rassemble pas les individus, elle les sépare, elle les atomise, elle les éloigne les uns des autres. La masse est une masse, chaque unité qui la compose demeure une unité. De la cellule unique au corps complet, il n’y a pas place pour des alliances ou des affiliations durables. Disparaissez. Un réseau social (Facebook, Twitter) n’est pas un club. Les fichiers informatiques contiennent des listes immenses de noms de personnes inconnues entre elles. Avant d’entrer dans le système, tapez votre pseudo : vous n’êtes pas tenu d’apporter votre âme.

     

     

    « »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :