• Éternel retour 

     

     

     

     Marat interprété par Antonin Artaud

    dans le Napoléon d'Abel Gance (1927)

     

     

    Justice assassine

     

    « On me conteste le titre de philanthrope, s’écrie Marat. Ah ! quelle injustice ! Qui ne voit que je veux couper un petit nombre de têtes pour en sauver un grand nombre ? »

     

                                                     Cité par Albert Camus dans L’Homme révolté.

     

    Caïphe, le grand prêtre au procès de Jésus, disait la même chose, dix-huit siècles auparavant : « Il vaut mieux qu’un seul homme meure… » (saint Jean, 11, 50)

     

     

    « »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :