• Éducation

     

     

      Dead Poets Society

     

    « En m’attachant, je deviens libre. »

     

    L’Enfance, c’est la promesse mêlée au désir ! La pédagogie du lien valorise donc le cœur. Je ne peux apprendre ─ moi, élève, ego, individu ─ que de l’autre ; je ne peux être éduqué que par l’autre. Je ne peux m’élever qu’en me livrant à l’autre ─ qui, à son tour, me délivre de mon ignorance. C’est l’autre qui me délie de mes faiblesses. En m’attachant à lui, je deviens libre. Non pas autonome, mais libre. Apprendre, c’est d’abord découvrir son prochain. C’est aussi être découvert par lui : reconnaître l’autre en soi, l’alter dans mon ego. Être le prochain de son prochain. Le médiateur, l’accoucheur, le révélateur, l’enseigneur, l’autre absolu, est l’agent unique et indispensable de mon hominisation, de mon humanisation. De lui, je dépends corps et âme.

     

    « »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :